In Memoriam : Santiago Uceda

Par Jean Vacher, ancien directeur de l’IFEA et Carole Fraresso, archéologue experte d’art précolombien.

Avec la disparition de Santiago Uceda, le 14 janvier 2018, c’est un immense archéologue,  un ami et un collaborateur permanent de l’IFEA qui nous quitte.

Depuis le début de sa carrière d’archéologue, Santiago Uceda a établi et maintenu des relations étroites avec la France. Formé en master et en doctorat à l’Université de Bordeaux[1], il a depuis cette époque développé de nombreux programmes avec des collègues français et participé activement à la vie scientifique et éditoriale de l’IFEA, comme chercheur, comme membre du comité du Bulletin de l’IFEA et membre du comité scientifique « andin » qui a fonctionné au début des années 2010.

C’est à Santiago Uceda, scientifique hors pair, que nous devons les plus importantes avancées archéologiques de la région nord du Pérou. Son implication continue et son  dynamisme au cours de ces 30 dernières années, en collaboration avec son collègue  Ricardo Morales, ont conduit à la naissance puis au développement exceptionnel du Programme Archéologique du site de Las Huacas de Moche, qui a démarré en 1991. Il a su accompagner ses recherches d’une activité et d’une préoccupation permanentes pour la protection et la valorisation des sites archéologiques de la côte nord du Pérou ; l’exemple à suivre pour tous et qui a marqué ceux qui ont eu le privilège de collaborer avec lui.

Son apport aux connaissances sur la culture Moche a été remarquable, corroboré par  ses nombreuses publications, extrêmement riches et détaillées. Son rôle dans la formation académique a été de même majeur, permettant la constitution d’une nouvelle génération d’archéologues et de guides qualifiés. Nous devons aussi souligner  son implication et sa vision holistique et culturelle de l’archéologie dans cette région du Nord, grâce à l’association de la recherche à la sauvegarde d’un patrimoine exceptionnel, mal connu et délaissé auparavant, et au développement socio-économique et culturel avec la mise en place d’un circuit touristique partant de La Libertad jusqu’à la région de Lambayeque. Ce circuit est aujourd’hui incontournable pour la découverte et la compréhension des civilisations de l’ancien Pérou. Il est d’ailleurs emprunté par des milliers de touristiques étrangers et péruviens.

Santiago Uceda était un passionné de l’histoire et des traditions culturelles de son pays, un infatigable travailleur qui, grâce à son dynamisme et à son sens critique, aura marqué de façon indéniable et inaliénable l’histoire de l’archéologie péruvienne.

Son implication exemplaire, l’immensité de ses connaissances, sa générosité, et sa bonne humeur permanente nous manqueront considérablement.

Crédits photo: Musée du Quai Branly – Jacques Chirac

Santiago Uceda a publié à l’IFEA:  «  Moche: propuestas y perspectivas », en coédition avec Elias Mujica, en 1994 ; il a collaboré à deux publications de Claude Chauchat : « Sitios arqueológicos de la zona de Cupisnique y margen derecha del valle de Chicama » (1998) et « Prehistoria de la costa norte del Perú. El Paijanense de Cupisnique » (2006) et il a aussi publié de nombreux articles au Bulletin de l’Institut Français de Études Andines en 1993, 1995, 1997, 2004, 2006, 2010 et 2015.

Santiago Uceda venait d’organiser en tant que commissaire l’exposition « Pérou, avant les Incas » au Musée du Quai Branly – Jacques Chirac.

[1] Après avoir fait la connaissance de Claude Chauchat  au Pérou, Santiago Uceda a préparé un doctorat de 3e cycle dans son laboratoire, à Bordeaux-1, alors dirigé par François Bordes. Après avoir passé le certificat de Préhistoire et Géologie du Quaternaire, il s’est inscrit en thèse de 3e cycle sur un sujet portant sur la vallée de Casma et a obtenu des fonds pour un séjour de terrain sur place. Moyennant une extension de son sujet au lithique des occupations précéramiques de la vallée, qu’il avait également étudié, sa thèse fut transformée en doctorat Nouveau Régime : ce fut le premier de ces doctorats soutenus en Préhistoire à Bordeaux. Il rentra au Pérou en 1986. Communication personnelle de Claude Chauchat, archéologue au CNRS.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.