Violence à l’encontre des femmes au Pérou

Quelle portée du mouvement « Me Too » dans l’accès à l’aide institutionnelle ?

Par Robin Cavagnoud[1]

La violence à l’encontre des femmes est définie par les Nations-Unies comme « tout acte de violence dirigé contre le sexe féminin et causant, ou pouvant causer, aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou la vie privée » (ONU, 1993: p. 3).

Le phénomène de la violence contre les femmes a été fortement médiatisé au niveau mondial depuis octobre 2017, notamment à travers l’apparition du mouvement Me Too. Il repose sur des représentations individuelles et collectives qui définissent et orientent les rapports entre les sexes dans une société donnée, et en particulier sur la domination aussi bien physique que symbolique s’exerçant de la part des hommes sur les femmes (même si l’inverse est également possible), à l’intérieur et à l’extérieur de la famille, et entre tous les âges de la vie. Il implique par ailleurs des enjeux individuels, familiaux et politiques en termes de santé publique et de protection sociale.

Au Pérou, selon l’Enquête démographique et de santé familiale de 2016 (ENDES, 2016), 32,2% des femmes ont été au moins une fois victimes d’une forme de violence physique et/ou sexuelle de la part de leur conjoint ou partenaire, 64,2% d’une forme de violence psychologique et/ou verbale et 60,5% d’entre elles manifestent avoir été ou être l’objet d’une forme de contrôle ou domination. Ces chiffres sont en deçà des résultats enregistrés lors les dernières enquêtes, en particulier celle de 2012 où les proportions étaient respectivement les suivantes : 37,2%, 70,6% et 66,3%. Pourtant, la tendance de fond reste la même : la violence de genre à l’encontre des femmes est installée comme  phénomène structurel de la société péruvienne tandis que sa magnitude rend extrêmement difficile, pour le moment, une plus large démocratisation et égalité dans le rapport entre les sexes, par exemple dans les prises de décisions concernant la sexualité, les choix professionnels ou à la vie familiale quotidienne.

Muralisme à Barrios Altos, Lima-Pérou (Crédits: Leslie Camacho)

La littérature sur les violences à l’encontre des femmes montre deux principales formes d’expression. La première s’inscrit dans un rapport de pouvoir et de contrôle appelé « terrorisme intime » dans lequel la violence psychologique et physique enferme les victimes dans la relation conjugale et crée une situation de peur permanente et de diminution des ressources personnelles (confiance, estime de soi), financières (argent pour s’enfuir) et sociales à travers les réseaux de soutien potentiel (famille, amis) (Leone, Johnson et Cohan, 2007). Cette forme de violence s’enracine généralement dans un modèle patriarcal de domination masculine et dans une légitimation de la violence au sein de la famille. La seconde est appelée « violence situationnelle ». Elle est la conséquence d’un conflit ouvert entre les membres d’un couple, et plus spécifiquement d’une dispute débouchant sur un acte de violence physique davantage circonstanciel (Johnson et Leone, 2005).

Des facteurs contextuels et individuels multiples

Les contextes de vulnérabilité sociale et économique ont une incidence certaine sur les dimensions et la magnitude de la violence, en particulier domestique, par le fait de créer des tensions entre les parents eux-mêmes et entre les parents et les enfants, pouvant déboucher sur des situations d’agression verbale et/ou physique aggravées. D’autres facteurs peuvent avoir une influence sur la victimisation des femmes dans la relation de couple, en particulier leur niveau d’instruction dans la mesure où l’accumulation d’un nombre plus important d’années d’études contribue à une meilleure insertion professionnelle et à plus d’opportunités sur le marché du travail dans des conditions stables (contrat formel, système de protection sociale, revenus plus importants). Cette situation leur permet d’acquérir une autonomie plus importante dans leur vie privée et d’être tendanciellement moins exposées à des actes violents dans leur relation de couple. Cependant, certaines études montrent les limites de cette analyse dans le cas du Pérou où l’autonomie des femmes peut constituer un facteur de violence engendré par la frustration des hommes face à leur manque d’emprise sur leur vie quotidienne, plus que la probabilité de dénonciation de la violence dont les femmes sont victimes (Benavides et al., 2012). Il semblerait que la même tendance se vérifie dans le cas de la Colombie où l’incorporation croissante des femmes sur le marché du travail n’ait pas été synonyme d’une diminution des maltraitances conjugales (Meil Landwerlin, 2004).

Marcha « Ni una menos », Lima- Pérou (Crédits photo: Kelly del Sol)

Par ailleurs, la violence de genre à l’encontre des femmes peut également se reproduire selon une logique intergénérationnelle. Les femmes qui ont grandi dans une famille où leurs mères étaient maltraitées par les pères montrent une probabilité plus importante d’exposition à des formes d’agression de la part de leurs conjoints. Il existe à cet égard une sorte d’assimilation et légitimation de la maltraitance au sein du ménage et une installation d’une figure masculine dominante ayant la capacité d’user de la violence pour imposer son autorité sur l’ensemble de la maisonnée. Dans ces circonstances, il est fréquent que la consommation d’alcool soit l’un des facteurs déclencheurs de ces agressions. Selon les résultats de la même ENDES de 2016, 49,1% des femmes victimes de violence déclarent que leurs conjoints étaient au moins une fois sous l’influence de l’alcool et/ou de drogues au moment de commettre l’acte violent (56,7% en 2012). Dans ce cas, les femmes mais également leurs enfants sont victimes de la violence exercée par les hommes adultes de la famille, principalement par le père mais aussi par d’autres membres masculins comme le beau-père ou un oncle. En plus des violences domestiques, il n’est pas rare enfin que les fillettes et adolescentes ne soient pas la cible de différentes agressions au collège ou à proximité de leur domicile dans le quartier de résidence. Dans de nombreux exemples tirés de l’actualité, ces formes d’abus physique peuvent se transformer en agressions à caractère sexuel.

Réponse publique et faible accès aux services de protection

Face aux situations de violence, les femmes peuvent se rendre à l’une des institutions spécialisées dans ce domaine pour présenter une plainte ou recevoir un soutien psychologique et social. Au Pérou, selon la Loi de protection face à la violence familiale (Loi No 26260), qui établit un protocole de dénonciation, investigation et sanction dans les cas de violence familiale, la Police nationale, le fiscal et le juge sont les principaux acteurs institutionnels en charge d’intervenir et d’ouvrir un procès conduisant à une possible peine. Parallèlement, des centres spécialisés ont été mis en place pour assurer une meilleure attention : les commissariats de femmes et les « Centres d’urgence pour femmes » (Centros de Emergencia Mujer).

Le Pérou est l’un des pays pionniers dans la région avec la création de ces institutions spécialisées et l’inauguration dès 1992 du premier commissariat de femmes comme réponse aux demandes de la société civile face au traitement fréquemment humiliant et discriminatoire dans les instances policières gérées par des hommes (Estramadoyro, 1992), provoquant un phénomène de « re-victimisation » envers les femmes. Il existe actuellement quelques 32 commissariats dit « de famille » au niveau national dont neuf dans la métropole de Lima et Callao.

Par ailleurs, les Centres d’urgence pour femmes constituent les principaux organes opérationnels dans le cadre du Programme national contre la violence familiale et sexuelle du Ministère de la femme et des populations vulnérables (MIMP). Le premier Centre d’urgence pour femmes a été créé le 8 mars 1999 et à la fin de cette même année un total de 13 autres centres avaient été mis en place. Ces derniers sont des espaces indépendants pour le dépôt de plaintes en cas de violence familiale et/ou sexuelle et doivent normalement permettre de simplifier le protocole de dénonciation et faire un suivi plus précis de celui-ci. À ce jour, il existe quelques 270 Centres d’urgence pour femmes installés dans tous les départements du pays dont 30 ayant un fonctionnement 24 heures sur 24. Il s’agit d’un service publique et gratuit offrant une orientation à la fois légale, de défense judiciaire et d’aide psychologique.

Pourtant, l’accès à ces services de dénonciation et d’aide reste fortement limité en raison d’une série de facteurs individuels et contextuels. Selon les résultats de l’ENDES 2016, seul 27,2% des femmes victimes de violence physique se rendent à une institution pour porter plainte ou chercher une forme de soutien. Ce résultat est parfaitement stable par rapport à de l’Enquête de 2012 (27,3%) mais en augmentation significative par rapport à celle de 2009 (16,1%). Mais il n’indique aucun élément sur la qualité de l’attention reçue et encore moins sur l’aboutissement de la plainte et la condamnation éventuelle du conjoint. Parmi les femmes qui ont eu recours à une institution pour trouver de l’aide, 75,9% font appel à un commissariat, 10,9% à un Centre d’urgence pour femmes (DEMUNA), 9,8% à un fiscal, 9,3% à un juge, 4,8% à un centre de santé, 4,2% au MIMP et 5,7% se tournent vers un autre type d’institution.

Enfin, l’âge des femmes a une influence significative dans cette démarche et montre des différences très nettes au fil des générations. Selon la même ENDES, seul 9,1% des femmes de 15 à 19 ans victimes de violence réalisent une démarche institutionnelle, contre 16,2% des femmes de 20 à 24 ans, 24,6% des femmes de 25 à 29 ans, 28,8% des femmes de 30 à 34 ans, 29,7% des femmes de 35 à 39 ans, 32,5% des femmes de 40 à 44 ans et 35,9% des femmes de 45 à 49 ans. Pourtant, peu d’éléments empiriques expliquent cette tendance.

Comment expliquer la faible proportion de femmes portant plainte ?

Une étude récente réalisée à partir d’entretiens approfondis auprès de femmes victimes de violences dans le district de San Juan de Miraflores de la périphérie nord-est de Lima (Benavides, Belatín et Cavagnoud, 2017) identifient plusieurs raisons d’ordre individuel qui conduisent certaines femmes à dénoncer ces actes aux services sociaux d’aide et de protection sociale au contraire de celles, majoritaires, qui optent pour la non poursuite d’actions en justice.

D’abord, le niveau scolaire des femmes semble avoir une influence dans la probabilité de dénonciation. Les femmes qui ont recours à un service d’aide ont au moins étudié jusqu’à l’enseignement secondaire alors que les autres ont été peu scolarisées ou n’ont étudié que quelques années dans l’enseignement primaire. Cette observation va dans le sens des résultats de l’ENDES de 2016 selon lesquels la dénonciation d’un acte de violence auprès d’un commissariat augmente sensiblement avec le niveau scolaire des femmes : de 57,3% pour celles n’ayant pas atteint le niveau dit « primaire » à 81,6% pour celles ayant un niveau d’éducation universitaire.

Par ailleurs, la sévérité de l’acte violent de la part du conjoint apparaît comme un motif péremptoire dans la démarche de dénonciation. La référence à des actes de violence physique y compris sexuelle (plus que psychologique) à répétition se retrouve dans le témoignage des femmes qui finissent par se rendre à un commissariat. Ce cas est encore plus fréquent lorsque les enfants sont les premiers témoins de ces scènes qui deviennent impossibles à supporter physiquement et psychologiquement pour les uns et les autres :

« Le père de mes enfants me frappait. Sur mes enfants et sur moi il aspergeait de quérosène la petite maison de paille que nous occupions alors que nous étions cachés chez une voisine et qu’il n’arrivait pas à nous trouver. Il essayait ensuite d’attaquer ma fille qui courait alors que mon fils l’attrapait et soufflait sur l’allumette pour éviter qu’il mette le feu sur la maison. La police est alors arrivée pour le capturer et lui enlever les vêtements suite aux brûlures qu’il avait sur le corps à cause des giclées de kérosène. » (témoignage A.M.O., 59 ans).

Plus l’acte d’agression physique est aigue et préjudiciable, plus les femmes sont enclines à dénoncer leur conjoint pour protéger leurs enfants et ne pas les exposer à des conséquences plus graves. Malgré cette volonté de se rendre aux autorités, il arrive pourtant qu’un obstacle administratif comme l’absence d’un document d’identité valide ou un acte de corruption du conjoint entrave la mise en place d’un protocole de dénonciation. Le « terrorisme intime » exprimé par des scènes extrêmement violentes et régulières ainsi que des relations sexuelles forcées motivent davantage les femmes à vaincre leur peur et dénoncer ces violences, au contraire de la « violence situationnelle » où les femmes hésitent le plus souvent à se rendre à un poste de police.

Pour comprendre le choix des femmes à réaliser la démarche de dénonciation de leur conjoint, il convient d’après cette étude de prendre en compte la combinaison de trois facteurs : 1. la situation professionnelle des femmes et l’autonomie financière qu’elles peuvent obtenir grâce à leur travail, 2. le nombre d’enfants en bas âge sous leur responsabilité et 3. L’existence d’un réseau de soutien hors de leur domicile. Avoir un emploi stable et dans une certaine mesure correctement rémunéré permet de couvrir les dépenses élémentaires de leurs enfants et apparaît donc comme une condition première pour signaler un acte de violence physique. La dénonciation suppose à court terme la détention provisoire du conjoint et par conséquent un risque de perte financière fourni aux enfants. En ce sens, la situation des femmes sur le marché du travail peut conditionner en grande partie leur motivation à se rendre à un service d’aide comme la police ou un Centre d’urgence pour Femmes.

Au delà de la dimension économique, les femmes doivent également disposer d’une solution de repli pour changer de domicile et/ou faire garder leurs enfants après une dénonciation entraînant dans la plupart des cas une séparation voire un divorce. Cette alternative peut être envisagée à l’intérieur du réseau de parentèle féminin constitué par la mère, les sœurs ou les amies proches. La constitution préalable de cette ressource sociale est primordiale pour trouver un support alternatif à la famille d’origine représentée par le couple mari/femme et les enfants afin de dénoncer le conjoint et trouver un espace de protection pour les enfants. L’existence de ce support est plutôt rare dans les témoignages recueillis dans cette étude et se manifeste davantage à front renversé par l’expression de son absence :

« Moi, je voulais aller au bout de la plainte et me séparer de lui [son conjoint] mais je ne savais pas du tout où aller et je me sentais impuissante. J’avais quatre enfants en bas âge à cette époque et je me demandais vraiment où aller et si je trouvais un trouver un travail, à qui je pouvais bien les faire garder. C’est pour cela que j’ai tout fait finalement pour supporter la situation. » (témoignage J.I.S., 59 ans).

Le développement pour les femmes d’une autonomie personnelle par un emploi stable et/ou la gestion individuelle de sa vie intime peut accroître la probabilité de violence domestique dans le cas du Pérou (Benavides et al., 2012) mais en contrepartie ce facteur peut aussi aider les femmes à prendre la décision de déposer plainte pour répondre à cette violence domestique. Les femmes isolées socialement vis-à-vis de leur famille ou dans le réseau de voisinage montrent ainsi une probabilité très infime de se rendre à un service d’aide sociale. Ce manque de socialisation les éloigne de toute ressource leur permettant de trouver un appui en dehors de leur domicile.

Enfin, il est fréquent d’observer le témoignage de nombreuses femmes victimes de violence domestique une forme de résignation et de fatalisme qui les éloigne de toute idée de porter plainte contre leur conjoint, intégrant pour certaines la culpabilité des faits dont elles sont victimes. Cette inclinaison à ne tenter aucune action en justice et à l’auto-condamnation des femmes est récurrent dans les cas de « violence situationnelle » mêlant à la fois les agressions verbales et les insultes répétées. Dans tous les cas, ce phénomène renvoie directement à une intériorisation des structures de genre asymétriques obéissant à la domination des hommes particulièrement fréquente dans la société péruvienne.

***

Face à ce constat, on peut se demander dans quelle mesure le jaillissement de mouvements issus de la société civile peut contribuer à un meilleur accès des femmes victimes de la violence de genre aux services et dispositifs d’aide institutionnelle comme ceux décrits plus haut. Si « Me too » et d’autres initiatives similaires visant à dénoncer la domination des hommes dans le domaine intime et de la sexualité ont permis de mettre en lumière, notamment grâce à l’utilisation des réseaux sociaux, les multiples scènes et contextes de violence dont les femmes sont la cible, il reste à voir si ces manifestations de bonne volonté peuvent constituer des ressources réelles d’amélioration de la situation de vie des femmes dans des contextes sociaux dépassant les classes moyennes. La dénonciation de la violence permet sans nulle de doute de libérer une parole trop longtemps tenue sous silence par crainte de représailles ou menaces. Il produit ainsi un discours qui parvient petit à petit à circuler et parvenir dans des milieux sociaux où les femmes connaissent d’autres formes de vulnérabilités (emploi, santé, éducation, protection sociale, soin des enfants, ségrégation urbaine) s’ajoutant à la violence de genre. Si un meilleur accès aux services d’aide institutionnelle doit et peut être envisagé dans des milieux sociaux marqués par la grande précarité, il convient aux acteurs locaux (commissariats de femmes, Centres d’urgence pour femmes, municipalités) de s’emparer de ce discours et le rendre « opérationnel » sous forme d’actions politiques, non partisanes, de prévention et d’intervention, afin d’offrir un support durable aux femmes, de tous les âges et de toutes les conditions sociales, victimes de ce fléau.

Bibliographie :

BENAVIDES, M., BELLATÍN, P. & CAVAGNOUD, R., 2017 – Social protection systems and domestic violence in poor urban context: the case of San Juan de Lurigancho. Nopoor. Enhacing Knowledge for Renewed Policies Against Poverty. Working Paper n° 56, 33 pp.; Bruselas: EU-funded research Project.

ESTREMADOYRO, F., 1992 – Violencia en la pareja. Comisarías de Mujeres en el Perú, 78 pp.; Ediciones Flora Tristán.

INEI, 2016 – PERÚ. Encuesta Demográfica y de Salud Familiar-ENDES, 539 pp.; Lima.

JOHNSON, M. P. & LEONE, J. M., 2005 – The Differential Effects of Intimate Terrorism and Situational Couple Violence. Findings from the National Violence Against Women Survey. Journal of Family Issues, 26 (3): 322-349.

LEONE, J. M., JOHNSON, M. P. & COHAN, C. L., 2007 – Victim Help Seeking: Differences Between Intimate Terrorism and Situational Couple Violence. Family Relations. Interdisciplinary Journal of Applied Family Science, 56 (5): 427-439.

MEIL LANDWERLIN, G., 2004 – Cambio familiar y maltrato conyugal a la mujer. Revista Internacional de Sociología, 37: 7-27.

ONU, 1993 – Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Résolution 48/104 de l’Assemblée Générale de l’ONU, 6 pp.; New York.

[1] Socio-démographe, professeur associé au sein du Département de sciences sociales de la Pontificia Universidad Católica del Perú (PUCP) et coordinateur du groupe de recherche Edades de la Vida y Educación (EVE-CISEPA/IFEA). rcavagnoud@pucp.pe


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *