Congres: « Inégalités urbaines en Amérique Latine”

Par Quentin Marchand (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (UMR PRODIG) / IFEA)

Un an presque jour pour jour après la réunion d’Habitat III à Quito (Équateur) et du nouvel agenda urbain qui fut adopté dès lors, on pouvait penser que tout avait été dit sur la question urbaine. C’est pourtant à partir de l’expérience de cette rencontre mondiale, qu’est née l’idée d’organiser dans la capitale équatorienne un colloque international autour des inégalités urbaines en Amérique latine et dans la région andine. L’organisation de cette nouvelle réunion de travail répondait à un double impératif. D’une part, aller au-delà de la frustration vécue lors des sessions d’Habitat III en proposant de renouveler le débat sur les inégalités urbaines depuis les études urbaines. D’autre part, s’approprier le nouvel agenda urbain en regroupant les différents réseaux de recherche urbaine pour partager des réflexions communes sur le devenir des villes d’Amérique latines et particulièrement de la région andine.

L’évènement, organisé dans les locaux de la FLACSO, a réuni près de 70 communications scientifiques et accueilli des conférences magistrales et des présentations de livres pour se terminer par une sortie de terrain dans les quartiers populaires de Quito. L’IFEA et la coopération régionale française ont contribué à la réussite de l’évènement par la mobilisation de son réseau de chercheurs pour renforcer la dimension régionale de cette réunion qui compta sur la présence de nombreux participants des pays andins (Pérou, Bolivie, Equateur et Colombie), mais aussi du cône sud (Chili, Argentine, Paraguay) et de l’Amérique centrale (Mexique, Panama). Il est aussi important d’indiquer l’appui de nombreuses autres institutions : universités (Pontificia Universidad del Perú, Universidad Externado de Colombia, Universidad Privada de Bolivia, Universidad Católica de Santiago de Guayaquil, Instituto de Altos Estudios Nacionales), instituts et groupes de recherche (CLACSO, Delft Institute of Water Educacion de l’UNESCO).

Crédits photo: FLACSO – Ecuador

Partant de la question fondamentale du rôle des villes dans la génération et la reproduction d’inégalités, les tables thématiques se sont orientées autour de trois axes de réflexions : villes intermédiaires et territoires, services urbains et infrastructures et enfin l’espace public. Le premier axe a permis de revenir sur les enjeux de la croissance actuelle des villes secondaires. Les difficultés rencontrées pour définir cette catégorie émergente témoignent du positionnement problématique des villes intermédiaires dans la hiérarchie urbaine. Confrontés à des problèmes de plus en plus urbains, la réponse des pouvoirs publics est souvent limitée dans un contexte de décentralisation incomplète. Le second axe a été l’occasion de questionner, à travers les infrastructures, le rôle de grands projets dans l’évolution actuelle des mécanismes de la fabrique urbaine.  La participation de nouveaux acteurs et la dilution des frontières entre public et privé brossent de nouveaux scénarios de gouvernance, tandis que la discussion autour de l’urbanisme de projet fait émerger des nouvelles conceptions de la ville (dense-fluide). Finalement, le troisième axe a permis d’identifier le rôle fondamental des conflits dans la détermination de ce qui est public dans la ville : (re) définition des biens communs et affirmation du droit à la ville face aux logiques de fermeture et/ou de privatisation de l’espace.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.