Symposium international « Récits Subalternes : des voix depuis l’archéologie péruvienne »

Ces dernières décennies, sous l’influence des critiques de l’archéologie traditionnelle, la discipline a connu un tournant significatif, passant d’un regard centré sur le « matériel » à une plus grande attention  postée de « vies sociales » du passé. La reconnaissance de ces « voix réduites au silence » est une tâche en attente et nécessaire pour l’archéologie péruvienne.

Dans le but de dé-construire les histoires officielles et d’encourager l’incorporation des histoires alternatives à partir de la reconnaissance de ces « voix subalternes » le World Archeological Congress (WAC) et l’Institut Français d’Études Andines ont organisé le symposium : « Récits subalternes : des voix depuis l’archéologie péruvienne » avec le soutien du Centre Bartolomé de las Casas, l’association SER, le Conseil supérieur de la recherche scientifique et l’Alliance Française de Lima.

Henry Tantaleán, Luis Armando Muro (coordinateurs scientifiques) et Evelyne Mesclier (Directrice de l’IFEA) (Crédits photo: K. PACHECO)

L’objectif de cette rencontre était d’examiner l’impact de ces représentations dans les communautés contemporaines urbaines, péri-urbaines et rurales et d’analyser comment les populations s’identifient elles-mêmes, si elles rejettent ou mettent à l’épreuve ces discours. Un dialogue multi vocal indispensable a été établi et il se confronte aux discours officiels de l’académie et des institutions gouvernementales.

L’événement, qui s’est tenu du 31 août au 1 septembre à l’Alliance Française à Lima, a rassemblé de nombreux chercheurs péruviens et internationaux tels que: Cristóbal Gnecco (Université du Cauca, Colombie), César W. Astuhuamán Gonzáles (Ministère de la Culture Pérou), Andrea Gonzáles Lombardi (Université d’Illinois à Chicago, USA), Francesca Fernandini Parodi (PUCP), Franco Mora (Équipe Péruvienne d’Anthropologie Médico-Légale), Pablo García (Université de St Andrews, Ecosse), Carolina de Belaúnde (Institut d’Études Péruviens, Pérou / Université de Bonn, Allemagne), Raúl H. Asensio (Instituto de Estudios Peruanos), Lucio Quisiyupanqui (dirigeant de la communauté de Pumamarka / Université National Mayor de San Marcos, Pérou), entre autres.

Óscar Espinoza Martín (UNMSM), Francesca Fernandini Parodi (PUCP) et Sofía Chacaltana (Universidad Antonio Ruiz de Montoya) (Crédits photo: K. PACHECO)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.