Faut-il taire la colère ? Sur la « parade sauvage » du virus en Bolivie, et ailleurs.

Par Franck Poupeau directeur de recherche au CNRS est affecté à l’Institut français d’études andines à La Paz,

Nième jour de confinement à La Paz, Bolivie. De l’autre côté de l’Atlantique, circule hors médias et hors listes professionnelles, une pétition appelant à la régularisation de tous les migrant.e.s sur les territoires français et européen, dont voici un extrait sur lequel je tombe bien par hasard : « Nous vivons aujourd’hui une situation de crise sanitaire mondiale inédite face à laquelle les plus vulnérables d’entre nous sont les plus exposés. Aujourd’hui environ 300.000 personnes sans-papiers sont présentes sur le sol français, elles sont environ 4 millions sur le territoire de l’Union européenne, vivant souvent dans des conditions précaires inadmissibles et rendant impossible le respect des mesures préconisées par l’OMS pour lutter contre la diffusion du coronavirus. Le Portugal a décidé d’accorder un titre de séjour temporaire (jusqu’au 30 juin 2020) aux migrant.e.s présent.e.s sur son territoire. Une vingtaine de députés français demande également la régularisation temporaire des sans-papiers présents sur le territoire français pendant l’épidémie de coronavirus ; ils invoquent ‘’une mesure de salubrité publique’’ face à la ‘’situation dramatique des sans-papiers et des sans-abri’’ ».  

La pétition ne pose pas seulement la question « humanitaire », mais aussi la « question éthique de l’embauche temporaire de personnes dites ‘’migrantes’’ pour pallier la pénurie de travailleurs en France et la diminution de la main d’œuvre disponible liée à la pandémie et la fermeture des frontières ». Elle suscite surtout une indignation face au fait d’envoyer « au front », comme dont dit en temps de « guerre », des gens non équipés – saisonniers, caissières, livreurs, manutentionnaires, et aussi infirmiers, médecins, etc. Comment peut-on comparer à une guerre ce qui relève des faillites gestionnaires, et à ce qu’un journal indépendant a qualifié de « mensonge d’Etat »[1] ?

En situation de confinement, en France ou à l’étranger, on peut faire le choix d’avoir accès aux informations sur les événements les plus proches, ou les plus lointains, d’abord à travers les journaux numériques et les réseaux sociaux qui sélectionnent l’information, plus que par les médias audiovisuels dont les appartenances à des grands groupes, les contraintes de diffusion et les connivences des « éditocrates »[2] sont de plus en plus questionnées. Vivre le confinement à l’étranger, c’est vivre l’impuissance face à ce qui se passe dans le pays d’origine – un prisme qui conditionne aussi la perception du pays de résidence. Et on verra qu’en matière de gestion de la crise, la Bolivie n’est pas si différente de la France…

Cette question éthique, sur les migrants et les personnels exposés, ramène directement aux Amériques : aux « exclus de l’extérieur » que sont les migrants boliviens, saisonniers ou non, qui travaillent au Chili et qui sont bloqués à la frontière de leur propre pays, empêchés par leur gouvernement de pénétrer sur leur territoire national[3] – une exception nationale jamais vue, au moment où la plupart des pays se sont efforcés de rapatrier leurs ressortissants. Mais il y a aussi les « exclus de l’intérieur », travailleurs précaires, vendeurs ou vendeuses de rue, payés à la journée et aux affaires du moment, qui subissent de plein fouet le confinement, et l’incapacité de leur gouvernement à trouver d’autres solutions que la fermeture et la suspension des activités assurant leur revenu – 70% du travail est encore informel en Bolivie. Des manifestations ont déjà eu lieu dans le Béni en début avril, puis dans le département de Tajira, menées par de travailleur.ses. qui refusent le « choix » entre mourir de faim ou mourir du coronavirus. Des millions de dollars ont été octroyés à la Bolivie pour cette crise[4], des millions de « bonos » ont été promis en suite à la population, mais le confinement n’a pas attendu, ni la transparence des fonds, ni la mise en place des mesures, par un gouvernement de facto débordé par les événements.

Dans la ville de La Paz, certains marchés continuent de fonctionner comme à l’accoutumée. Les marchés ouverts des quartiers populaires (Villa Fatima, calles Buenos Aires ou Santa Cruz, etc.) accueillent encore de nombreux acheteurs, rarement équipés de masques ou de gants. Ce n’est pas le cas dans la zone favorisée du marché Achumani, dans la zone Sud, où les équipements sanitaires, même de mauvaise qualité, sont de rigueur. C’est dans cette partie de La Paz, et non dans les quartiers populaires, que le virus s’est tout d’abord diffusé – contrairement à une idée couramment répandue dans les médias, selon laquelle les gens de El Alto, la ville de l’altiplano qui surplombe La Paz, seraient les plus affectés, car les plus réfractaires au confinement – mais dans ces lieux où le travail informel est prédominant, la promulgation de telles mesures ont des conséquences incalculables sur le niveau de vie des familles et leur capacité à acheter de la nourriture. Dans les quartiers les plus périphériques, et coupés du reste de la ville et de ses flux économiques, les femmes qui s’occupent des foyers en l’absence des maris bloqués sur leurs chantiers à l’autre bout du pays, me disent qu’elles font avec quelques féculents stockés avant la crise.

Les quartiers privilégiés de La Paz en revanche, subissent moins la pénurie. Tout d’abord parce que les contrôles militaires sont certes nombreux, mais moins répressifs qu’ailleurs : on contrôle les identités, pour entrer au supermarché, pour passer un carrefour. Sur l’altiplano au contraire, et alors que les zones rurales sont pourtant moins touchées, tout est fait pour empêcher les campesinos de venir approvisionner les multiples marchés qui irriguent généralement l’économie urbaine, et selon d’autres témoignages, les contrôles militaires y sont plus répressifs. Les produits maraîchers continuent cependant d’arriver, par des chemins détournés, avec parfois la complicité des forces de police pour échapper aux contrôles militaires. Ensuite parce que les zones urbaines de La Paz, en contrebas, restent bien achalandées par des vendeurs ambulants issus des communautés alentours, car les routes d’approvisionnement venant des municipalités voisines sont moins contrôlées que celles de l’altiplano, et les minibus de ceux qui sont habituellement chauffeurs, ou livreurs, amènent les comunarios vendre leurs récoltes au coin des rues. La crise sanitaire accélère tout un ensemble de transformations des circuits d’approvisionnement à l’articulation du rural et de l’urbain. Alors que l’on perçoit encore généralement les dynamiques agricoles au prisme d’une opposition entre l’agro-industrie des régions orientales – avec lesquelles le gouvernement précédent d’Evo Morales aurait « pactisé » à des fins électorales – et les petites exploitations des communautés paysannes ou indigènes, on assiste à l’émergence d’une économie familiale complexe et multiforme[5], effet indirect et probablement non attendu de la promotion de l’économie plurielle de l’Etat plurinational instauré en 2009, et qui recompose aussi bien les modes de production que de commercialisation des produits alimentaires.

Sans ces producteurs aux activités multiples, la crise sanitaire serait assurément crise alimentaire, déjà. Ce sont pourtant eux, des communautés voisines, que les opposants à Morales, depuis leurs quartiers favorisés, conspuaient quelques mois auparavant lors de ce qu’ils appelaient la « récupération de la démocratie », et qui s’est révélé être l’instauration pure et simple d’un régime autoritaire qui n’a pas hésité à réprimer, dans le sang, les manifestations et les blocages de ceux qui n’acceptaient pas ce golpe de facto – plus de 30 morts à Sacaba et Senkata en novembre 2019. Ce sont aussi eux que la présidente intérimaire, pour laquelle la crise sanitaire a constitué l’occasion inespérée de repousser sine die les élections prévues début mai, taxait de « sauvages » dont elle voulait à tout prix éviter le retour au pouvoir, « démocratiquement parlant » bien sûr.

C’est aussi en vue des échéances électorales à venir que le nombre de contaminés est systématiquement minoré, et que de réelles manipulations des chiffres sont désormais évoquées. En l’absence d’infrastructures sanitaires suffisantes (moins d’une centaine de lits adaptés aux soins intensifs dans tout le pays, héritage du gouvernement précédent qui a construit des hôpitaux sans leur donner les moyens de s’équiper complètement), et face à l’incapacité de son gouvernement à se procurer les tests et équipements de protection nécessaires, pour les personnels hospitaliers et la population, le confinement s’est avérée – comme en France – la seule stratégie possible. Et le faible nombre de personnes touchées (650 contaminés officiels, 37 morts déclarés), le seul capital politique à faire valoir pour justifier d’une « bonne gouvernance » de la crise. Des mesures restreignant encore plus l’accès aux tests d’identification du Covid19 ont récemment été promulguées, pour tenter de contrôler les chiffres de l’expansion de la pandémie : “Las pruebas no se aplican a los contactos de un caso confirmado o sospechoso que al momento no presente sintomatología », a déclaré le ministre de la santé Marcelo Navajas le 15 avril.

A cette date (avril), moins de 600 tests ont été réalisés dans le pays – la quantité (et le taux par millions d’habitants) le plus faible de toute l’Amérique latine, en dépit d’une donation de 20.000 tests de la part de la Chine[6]. Une telle stratégie, orientée par la perspective des élections futures, ne garantit évidemment aucune traçabilité susceptible d’endiguer la propagation de la maladie dans la population. Et il y a, semble-t-il, un sinistre calcul dans cette « gestion » : la militarisation du pays, ou plus exactement ses endroits stratégiques, consiste surtout à confiner les zones populaires, dont la propension à aller à l’hôpital est souvent faible – héritage postcolonial d’un système de santé déficient où la peur de l’hôpital conduit souvent à des morts invisibles, et incalculables. Tant qu’il s’agit des paysans et des indigènes, finalement, peu importe – à ces populations, la « biopolitique » qui consisterait à contrôler le vivant ne s’applique pas, car la politique consiste juste à en cantonner les morts.

Peut-on décemment publier, dans ces conditions, des textes académiques d’analyse sur « le virus » ? Et même si comme tout un chacun, on peut être touché, peut-on vraiment raconter ce que l’on vit de la crise ? Ou d’abord, laisser parler le poète – ne pas se faire prendre par les récits reconstruits de la vie confinée et par les discours décalés des « demi-savants » pour lesquel.le.s le virus constitue une autre opportunité de promotion académique :

« Des drôles très solides. Plusieurs ont exploité vos mondes. Sans besoins, et peu pressés de mettre en œuvre leurs brillantes facultés et leur expérience de vos consciences. (…) Chinois, Hottentots, bohémiens, niais, hyènes, Molochs, vieilles démences, démons sinistres, ils mêlent les tours populaires, maternels, avec les poses et les tendresses bestiales. Maîtres jongleurs, ils transforment le lieu et les personnes, et usent de la comédie magnétique. Les yeux flambent, le sang chante, les os s’élargissent, les larmes et des filets rouges ruissellent. Leur raillerie ou leur terreur dure une minute, ou des mois entiers.

                                   J’ai seul la clef de cette parade sauvage. »

(Arthur Rimbaud)

Faut-il, une fois de plus, comme à chaque crise – politique (les « banlieues » en feu de 2005), économique (la bulle financière de 2008), “terroriste” (les attentats de 2015 à Paris, traduits comme “radicalisation”), sanitaire désormais (le virus mais aussi les failles gestionnaires qu’il a ouvertes) –, céder aux injonctions des institutions, instituts et autres agences qui financent la recherche, tout en en diminuant continuellement les moyens, et tenter de dé-montrer « l’utilité » des sciences sociales sinon pour le « pilotage », terme consacré de ces apôtres de la « gouvernance », du moins pour la compréhension des processus en cours ? Faut-il, une fois de plus, chercher dans les ressources scientifiques accumulées au fil de sa carrière, de quoi faire un « papier » ou un « blog » que ces mêmes institutions, à défaut de les prendre en compte ou même de les lire, afficheront ensuite à coup de mailing lists et de twits, pour justifier leur existence, et faire oublier qu’elles n’ont pas donné à la recherche de quoi exister dans l’anticipation et la prospective ? Faut-il adopter les codes de la mise en forme savante pour donner l’apparence d’une contribution « éclairée » au « débat public » et, comme l’ont fait récemment encore nombre de spécialistes des sciences sociales à propos des « Gilets jaunes », tenter de plaquer de façon la plus « intelligente » et « entendue » possible, les résultats de recherches sans rapport direct avec les événements en cours ? Faut-il se résigner à n’exister que dans la poursuite d’une applicabilité fantasmée de solutions qui n’arrivent toujours qu’après coup, et singer de façon chaque fois plus docile, le ton pontifiant d’informations des « experts » ? Faut-il taire la colère ? Il ne s’agit pas de rejeter l’écriture ou de nier la contribution des sciences sociales à la compréhension des évènements et de leurs effets sociaux, il s’agit simplement de laisser le point de vue de l’expert qui offre son « témoignage » pour chercher des « solutions », qui restent généralement limitées aux blogs institutionnels de la global science.


[1] https://www.mediapart.fr/journal/france/020420/masques-les-preuves-d-un-mensonge-d-etat

[2] Para un ejemplo entre muchos otros, ver el analisis del 7 deabril de 2020 realizado por Acrimed : https://www.acrimed.org/Covid-19-les-editocrates-serrent-les-rangs

[3] https://www.paginasiete.bo/sociedad/2020/4/12/825-bolivianos-varados-en-colchane-se-van-iquique-alli-tendran-albergue-252461.html

[4] 20 M $ de la part de la Banque mondiale, 5 M $ de la part de l’Union européenne, en début avril, mais d’autres aides sont encore en cours, avec aussi un prêt de 1000 M $ de la Banque centrale de Bolivie.

[5] Nico Tassi & Maria Elena Canedo, « Una pata en la chacra y una en el mercado » : multiactividad y reconfiguracion rural en La Paz, CIDES-UMSA, 2019.

[6] https://destiempos.wixsite.com/noticias/post/analista-denuncia-calculo-macabro-del-actual-gobierno-con-la-salud-de-los-bolivianos?fbclid=IwAR3IYdMCI5lxzGi67lZbvaLyOj92wJ49xBpbx0fOdkFwdVvAb5fTiVJ6K8s