Colloque Patrimoine et Archéologie en Amazonie

L’IFEA et l’Institut Colombie d’Anthropologie et d’Histoire (ICANH) ont organisé de manière concertée le colloque “Archéologie et patrimoine en Amazonie”, qui s’est déroulé les 5 et 6 juin derniers, en incluant une mission archéologique d’exploration dans la Serranía La Lindosa. Tout cela dans le cadre de la collaboration établie par l’accord bilatéral signé entre les deux institutions en 2017 et qui a comme objectif principal de favoriser les échanges scientifiques de l’ICANH avec les institutions françaises sur des thèmes d’archéologie et de muséologie.

Crédits photo:: C. VALADEAU

L’évènement a permis de rendre visible les recherches réalisées en archéologie amazonienne, particulièrement celles qui concernent la partie occidentale de l’Amazonie. Cette présentation de résultats de recherches récentes a permis d’identifier les points en commun et les manques existants dans ce domaine, avec l’objectif de consolider les associations entre chercheurs et institutions. Des problématiques liées à la conservation de collections et du patrimoine archéologique, tant au sein de musées que sur le terrain, ont été traitées.

Le colloque a vu la participation de Stephen Rostain, chercheur au CNRS, André Delpuech, directeur du Musée de l’Homme, Magdalena Ruiz, archéologue au Musée de l’Homme, Ernesto Montenegro, directeur de l’ICANH, Céline Valadeau, chercheuse à l’IFEA et Evelyne Mesclier, directrice de l’IFEA. L’activité fut rendue possible grâce à l’appui du Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France en Colombie.

Stephen Rostain a inauguré le colloque avec une conférence magistrale modérée par Gaspar Morcote (Université Nationale de Colombie), et Fernando Montejo (Coordinateur du groupe d’Archéologie au sein de l’ICANH), qui ont présenté par la suite les résultats de leurs recherches sur la datation du site de La Lindosa. Virgilio Becerra (Université Nationale de Colombie), spécialiste reconnu de ce site archéologique, a donné ensuite une conférence offrant une approche à une dimension interprétative des iconographies d’art rupestre. A la fin de la journée, Carlos Castaño Uribe (Directeur de la Fondation « Héritage Environnemental Caraïbe »), et unique chercheur à avoir travaillé pour le moment sur le site de Chiribiquete, a présenté ses travaux passés (années 90) et présents.

La seconde journée du colloque a démarré avec la conférence magistrale d’André Delpuech, qui a abordé les problématiques patrimoniales au sein des musées. Magdalena Ruiz, ensuite, a abordé les problèmes de conservation des collections. Leurs conférences ont été modérées par Margarita Reyes (directrice en muséologie de l’ICANH). L’après-midi, Guillermo Muñoz (Universidad pédagogique nationale), du groupe d’investigations spécialisé sur les peintures rupestres (GIPRI) et Judith Trujillo (archéologue), ont présenté leurs travaux en archéométrie sur la constitution de banques de données des iconographies présentes sur les murs des reliefs de l’Amazone.

Cette deuxième journée a été conclue par une visite organisée par le Musée National, guidée par Margarita Reyes (Directrice en Muséologie). Là, les chercheurs ont pu apprécier les collections ethnographiques, les caractéristiques des pièces et des travaux de conservation réalisés dans ce musée situé dans une ancienne prison de Bogotá.

C. VALADEAU

Finalement, des chercheurs français et colombien reconnus ont pu participer à une mission archéologique d’exploration de la Serranía de Lindosa.