Deuxième journée des bolivianistes « L’État plurinational de Bolivie : concepts et réalités »

Paris – Juin 2017

Article redactée par Elise GADEA (IHEAL – IFEA) 

Le 6 juin 2017 s’est tenue, grâce à l’appui de l’IFEA, la journée d’étude consacrée au concept et à la réalité de l’Etat plurinational. Cet évènement s’est attaché à évaluer les changements amorcés par l’Etat plurinational. La première partie de cette journée s’est concentrée sur l’étude de cet État juridique sui generis. Si Jean-Réne Garcia aborda la notion d’utopie dans la Constitution juridique, Victor Audubert  présenta les fondements sociaux, philosophiques et juridiques du précepte du vivir bien cher à l’Etat plurinational bolivien. Dans quelle mesure cet État constitue une rupture avec l’ancien ordre constitutionnel, et représente une nouvelle manière d’appréhender le lien entre l’État et les citoyens à l’aune de la plurinationalité et de l’interculturalité ? Elise Gadea interrogea le processus politique de reconnaissance de la justice dite indigène, au sein de diverses instances gouvernementales –notamment le tribunal constitutionnel plurinational- afin d’analyser l’évolution de la légitimité des diverses sources de droit locales. Wiam Oualane montra en quoi la Bolivie peut être considérée comme un exemple de la fractalisation du droit en Amérique latine, où le système institutionnel fragilise l’Etat de droit.

S’éloignant de la thématique juridique, l’après-midi de cette journée d’étude fut consacrée à une analyse sociologique, anthropologique et politique de la démocratie participative et communautaire du nouveau modèle de citoyenneté bolivienne, notamment des autonomies territoriales et de la santé interculturelle. Les divers participants montrèrent en quoi les changements constitutionnels sont vécus par les acteurs locaux. D’abord, Veronica Calva aborda le cas de Tarabuco. Elle montra en quoi le dispositif d’ethnogouvernementalité dans cette municipalité ne s’inscrit pas dans une rupture via-à-via des gouvernements antérieurs, faisant de l’Etat plurinational un avatar du multilatéralisme des années 1990. Conservant le même objet d’étude, Père Morell Terra présenta les différents régimes d’autonomie et plus particulièrement celui de Charagua montrant quels en sont les véritables enjeux. Dans un registre différent, Amélie Aubert-Plard analysa les différentes restructurations mises en place par l’Etat plurinational dans l’accès des femmes enceintes à la santé au sein de la ville de El Alto. Elle montra comment le flou institutionnel ainsi que les barrières sociales et culturelles entre professionnels de santé et usagers freinent une amélioration des soins et une baisse de la mortalité infantile.

Les débats ont été nourris entre les participants et le public, composé notamment de représentants étatiques tels que plusieurs ambassadeurs français et bolivien. Les discussions revenant sur les différentes présentations, ont permis d’approfondir l’analyse de l’Etat plurinational ainsi que certains de ses concepts clés comme la catégorie Indigène Originaire Paysan.

Le succès de cette journée d’étude ainsi que de l’édition précédente de 2016 symbolisent la réactivation du cycle de rencontres impulsé au début des années 2000. Grace au premier réseau de publication et de partage des « bolivianistes » français, les organisateurs de l’édition 2017 profitent de cette expérience et des dynamiques précédentes, afin de continuer à œuvrer pour la circulation et le rassemblement des recherches sur la Bolivie. L’organisation d’une journée des bolivianistes en 2018 permettra de pérenniser ce nouvel élan, crucial pour l’union et la valorisation des recherches en sciences sociales sur la Bolivie.