Bilan 2015: Après-midi des jeunes chercheurs de l’IFEA

Pour leur deuxième année d’existence, les « après-midi des jeunes chercheurs de l’IFEA » se sont tenues à dix occasions, fréquence similaire à sa première année. Ces rencontres se veulent résolument tournées vers les jeunes chercheurs en sciences sociales (master et doctorat), quelque soient leur nationalité et leur université de rattachement, qui étudient les phénomènes sociaux dans les Andes, hier et aujourd’hui. Leur organisation, les travaux qui y sont présentées et les comptes rendus dont ils font l’objet sont à la charge des membres du réseau (une soixantaine).

Depuis sa formation, le séminaire a adopté des formats variés, bornés par la seule exigence scientifique. Présentations de thèses achevées, en cours ou en projet, de livres, de programmes de recherche ou réflexions sur une notion particulière, le séminaire a permis cette année encore de rompre l’isolement et les barrières entre chercheurs et disciplines, et de construire des relations entre les nombreux jeunes chercheurs gravitant autour de l’IFEA.

Cette année encore, les analyses portant sur l’aménagement et la planification territoriale, tant urbaine que rurale, ont été bien représentées. Laure Criqui est venue présenter sa thèse achevée qui, grâce à la comparaison entre Lima et New Delhi, lui a permis de dépasser la traditionnelle vision d’une planification urbaine défectueuse au Pérou, tandis que Celia Auquier (« Políticas públicas agrícolas y recomposiciones territoriales en Perú y Ecuador ») et Andres Figallo (« Un nuevo modelo de territorio agrícola emerge entre lo local y lo global: San Pedro de Lloc tras la restructuración neoliberal ») sont intervenus sur les territoires ruraux et agricoles. Les approches se sont ensuite concentrées sur l’étude de la gestion des ressources. À l’échelle locale, Lena Hommes a montré comment les grands projets d’aménagements hydriques sont symptomatiques des relations entre territoires urbains et ruraux (« Aguas urbanizadas – vínculos rurales-urbanos y territorios hidro-sociales en las cuencas de Lima ») avant qu’Emilie Dupuits ne détaille la gouvernance communautaire de l’eau et des forêts à l’échelle des réseaux internationaux (« En búsqueda del campo transnacional: espacios de circulación y redes de discurso sobre gobernanza comunitaria de agua y bosque »).jovenes-ifea

L’anthropologie a également été à l’honneur, en premier lieu sur les questions de genre. En mars, Alejandra Ballón venait présenter les suites de son ouvrage Memorias del caso peruano de esterilización forzada et Juliette Roguet présentait son projet de thèse issu de son master sur le bricherismo, phénomène répandu au Pérou et d’autres pays similaires, mais encore mal connu (« El fenómeno brichero, en el cruce de las fantasías. Un estudio de la construcción de una identidad exótica para el Otro, hacia una capitalización del romance »). Les approches anthropologiques ont également traité la thématique des migrations, entre consentement et coercition, avec les présentations de Camilo León Castro y Raphaël Colliaux, respectivement sur les déplacements dus à l’exploitation minière et aux migrations estudiantines de la communauté des Matsiguenga.

L’histoire a quant à elle été représentée dans sa composante coloniale par Loann Berens qui a fait part des avancées de sa thèse sur Juan de Betanzos (« Juan de Betanzos o el arte de la mediación en la primera sociedad colonial andina, años 1530-años 1570 »), interrogeant les nouvelles avancées sur le personnage et la pertinence du terme d’expert pour la période. Les contributions historiennes se sont aussi penché sur le XXe siècle pour s’interroger sur les relations du Pérou avec la communauté internationale au travers du conflit avec l’Équateur en 1941 (François Bignon, « Usos políticos en el Perú de la guerra con Ecuador, 1940-1945)  et de la réaction internationale au tremblement de terre de 1970 (Victor Emilio Alvarez Ponce, « El Terremoto de 1970 en el Perú: cooperación internacional, ayuda humanitaria y mitigación de riesgos »). L’archéologie a été l’objet d’une présentation sur le motif iconographique de lune de la part de Céline Mahé (« La Luna, los mitos y la organización del mundo andino a través de la iconografía Chimú, Costa Norte del Perú, Intermedio Tardío, 900-1470 d.C »).

Enfin, après les questions d’éthique et d’outils de recherche en 2014, le séminaire a organisé une séance thématique au cours de laquelle les assistants ont pu réfléchir sur les usages historiques et actuels de la notion de « monde andin », à partir de présentations originales de Cyriaque Hattemer, Loann Berens et François Bignon.

Pour la première fois, les présentations ont menées à la publication systématique des comptes rendus des séances, avec les réflexions soulevées par l’assistance et des indications bibliographiques. Ces reseñas publiées  en ligne sur le Carnet Hypothèse de l’IFEA et l’organisation du séminaire en 2015 doivent beaucoup à Cyriaque Hattemer, qui passe la main aux membres du réseau.