22e Foire International du Livre de Lima

Comme chaque année  l’IFEA a participé à la Foire Internationale du livre de Lima – FIL 2017, qui a célébré sa 22e édition (dès 21 juillet  jusqu’à 6 août) organisée dans le parc de « Los Próceres »  du district de Jesus María.

Sur son stand (nº3) l’IFEA a accueilli de nombreux visiteurs et acheteurs, qui ont pu acquérir les dernières publications de l’Institut à un tarif préférentiel.

Colloque-atelier du GDRI APOCAMO2

L’évangélisation et les nouvelles religions dans la transformation du panorama politique des peuples indigènes d’Amazonie

Avec les premiers européens qui débarquent dans le Nouveau Monde au départ de la période coloniale, on trouve des missionnaires disposés à propager l’évangile entre les peuples indigènes. Si le catholicisme se prédit depuis le XVI siècle, d’autres églises d’origine et d’inspiration variées se sont implantées plus récemment, surtout dans les dernières décennies. La croissance considérable de ce que l’on appelle « les nouvelles religions » (qu’elles soient de type charismatique, pentecostal, évangélique, autochtones ou autre), et de nouvelles interprétations du propre catholicisme, a suscité une profonde recomposition du paysage politico-religieux dans de nombreuses régions d’Amérique indigène. Ce processus est observable aussi dans la région de l’Amazonie où l’hégémonie du catholicisme traditionnel comme influence religieuse s’est vue affectée par ces formes nouvelles de religiosité. Avec l’objectif de proposer une réflexion sur ces questions et d’autres de l’anthropologie politique de l’Amazonie contemporaine, un colloque-atelier du groupe international APOCAMO2[1]  s’est tenu les 17 et 18 juillet 2017 à l’Université Catholique du Pérou à Lima.

Présentation Jean-Pierre Chaumeil

L’objectif de l’atelier a été d’interroger les effets de ces nouvelles configurations religieuses en constante mutation, sur les pratiques politiques des sociétés indigènes de l’Amazonie andine. Il a cherché à analyser l’énorme créativité dans la combinaison du chamanisme, avec de nouvelles et anciennes religions, et de formes d’action politique, au-delà du simple syncrétisme, suscitant ainsi un certain nombre de questions : Quel a été (est) l’impact de l’évangélisation et des nouveaux mouvements religieux dans la transformation du leadership amérindien d’Amazonie (la figure du dirigeant politique moderne en particulier) ou dans la reconfiguration de ses réseaux d’appui ? Comment penser la relation entre les vieilles et les nouvelles églises (autochtones ou non) avec la pratique chamanique (dans certains endroits caractérisée par une forme de « décadence » ou « marginalisation », alors qu’ailleurs on parle au contraire de « renaissance ») quand on sait que de nombreux chaman (ou considérés comme tels) jouent un rôle politique toujours plus actif aussi bien au niveau local, que régional et national ? Que peut-on dire de la consolidation (ou non) d’un catholicisme ou d’un mouvement évangélique amérindien, qui pose la question fondamentale de la nature de la « conversion » et qui pourrait aussi traduire une recombinaison des adhésions religieuses et politiques amérindiennes ?

Oscar Espinosa (PUCP), Élise Capredon (CRBC-Mondes Américains) et Alexandre Surrallés (CNRS-Collège de France)

Dix communications ont alimenté ces deux journées de travail organisées en deux axes : « la religion et l’impact sur l’organisation sociale et institutionnelle », et « les trames culturelles de la réception missionnaire », sous la direction des organisateurs du colloque-atelier, Jean-Pierre Chaumeil (CNRS-UPO) Oscar Espinosa (PUCP), et Alexandre Surrallés (CNRS-Collège de France). Élise Capredon (CRBC-Mondes Américains), conférencière invitée, initia les discussions à propos de la « Rencontre des Baniwa « croyants » avec les nouvelles Eglises évangéliques brésiliennes et ses répercussions sur la scène religieuse du Alto Río Megro (Amazonas, Brésil) ». L’atelier s’est conclu avec la présentation du dernier livre publié par APOCAMO Política y poder en la Amazonia: Estrategias de los pueblos indígenas en los nuevos escenarios de los países andinos (Bogotá, UNC, 2017).

[1] Grupo de Investigación internacional (GDRI) APOCAMO “Antropología política contemporánea en la Amazonía occidental” (IFEA, CNRS, EHESS, UNAL, PUCP, FLACSO).

Journées de Jeunes Américanistes 2017

“Espaces et lieux des conflits”

La définition de l’espace comme un lieu, la compréhension des conflits et des acteurs qui interviennent, aborder le rôle du chercheur, qui doit surmonter les terminologies et les concepts inhérents à leur discipline, furent quelques-uns des défis des jeunes chercheurs lors de la dernière édition des Journées de Jeunes Américanistes (JJA) 2017 :  “Espaces et lieux des conflits”, réalisée du 3 à 5 juillet à Lima et Madrid simultanément.

L’événement fut l’occasion d’établir de nouveaux liens de réflexion scientifique et de partage entre l’Amérique Latine et l’Europe. Trois conférences magistrales furent données par Evelyne Mesclier (IFEA), Carlos Malamud (UNED) et Deborah Pugley (GICO-PUCP) conjointement avec deux jours d’ateliers et une sortie de terrain à Lima (visite guidée au  LUM – Musée de la Mémoire, la Tolérance et l’inclusion social) et du trajet sud de la ligne 1 de Métro de Lima, coordonnée par Quentin Marchand (IFEA) et Karina Chávez (PUCP).

Inauguration à Lima: Sofía Castro, Audrey Chérubin, François Bignon y Quentin Marchand

L’ensemble de ces activités a eu pour objectif de faciliter la réflexion collective. Chaque participant a pu présenter son expérience méthodologique et participer activement aux ateliers, ces derniers étaient organisés en trois groupes de travail autour des grands axes thématiques des journées. Les échanges alimenteront une production collective post événement.

Les premières JJA furent organisées en 2010 au Centre de Études Mexicaines et Centroaméricains (CEMCA), à l’initiative de jeunes doctorants en Sciences Sociales et Humaines. Elles cherchaient à promouvoir un espace de discussion interdisciplinaire et international qui soit ouvert aux différents disciplines et méthodologies. L’IFEA s’est joint à l’organisation des éditions suivantes ainsi que la Casa de Velázquez à Madrid plus récemment.

La huitième édition s’est déroulée grâce à l’appui des institutions françaises et latino-américaines comme : la Pontificia Universidad Católica del Perú, siège des journées au Pérou, l’Institut des Amériques (IdA), l’Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), l’Institut Français d’Amérique Latine (IFAL) et la Coopération Régionale Française pour l’Amérique du Sud.

Jeunes Américanistes à Lima

Jornadas de Jóvenes Americanistas 2017

“Espacios y lugares de los conflictos”

Definir el espacio como lugar, comprender los conflictos y los actores que intervienen en ellos, abordar el papel del investigador superando las terminologías y los conceptos de sus propias disciplinas, fue el reto enfrentado por los jóvenes investigadores en la última edición de las Jornadas de Jóvenes Americanistas (JJA) 2017 “Espacios y lugares de los conflictos”, que se realizaron del 3 al 5 de julio, en Lima y Madrid simultáneamente.

El evento significó una oportunidad para establecer nuevos puentes de reflexión científica y de colaboración entre América Latina y Europa. Acogió conjuntamente tres conferencias magistrales a cargo de Evelyne Mesclier (IFEA), Carlos Malamud Rikles (UNED) y Deborah Delgado Pugley (GICO-PUCP), dos días de  talleres y una salida de campo (en Lima) que consistió en una visita guiada por el Lugar de la Memoria, la Tolerancia y la Inclusión social (LUM) y un recorrido del tramo Sur de la línea 1 del Metro de Lima presentado por Quentin Marchand (IFEA) y Karina Chávez (PUCP).

Inauguración en Lima: Sofía Castro, Audrey Chérubin, François Bignon y Quentin Marchand

Esta combinación de actividades tuvo como objetivo favorecer la reflexión colectiva sobre la temática doble de los espacios y los lugares considerados dentro de las situaciones de conflicto y permitió a cada participante presentar su experiencia metodológica y participar activamente en los talleres que fueron organizados en tres grupos de trabajo. Los intercambios alimentarán una producción colectiva posevento.

Las jornadas se realizaron por primera vez en 2010 en el Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos (CEMCA), como una iniciativa de estudiantes de doctorado en Ciencias Sociales y Humanas, teniendo como objetivo el proponer un espacio de discusión interdisciplinaria e internacional, abierto a las diferentes disciplinas y metodologías. En las siguientes ediciones se sumaron a la organización el Instituto Francés de Estudios Andinos (IFEA) y desde hace dos años la Casa de Velázquez, sede de las jornadas en Madrid.

Esta octava edición se realizó gracias al apoyo de instituciones francesas y latinoamericanas como la Pontificia Universidad Católica del Perú, sede de las jornadas en Lima, el Instituto de las Américas (IdA), la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), el Instituto Francés de América Latina (IFAL) y la Cooperación Regional Francesa para América del Sur.

Jóvenes Americanistas 2017  en Lima

 

ACCORD DE COOPERATION ENTRE L’IFEA ET LA UNSCH

Un accord de coopération a été signé le trois juillet entre l’IFEA et l’Université National de San Cristóbal de Huamanga (UNSCH) dans le cadre de la célébration du 340e anniversaire de cette institution. L’événement a eu lieu en présence de  M. Fabrice Mauriès, Ambassadeur de France au Pérou, Homero Ango Aguilar, recteur de l’Université et  Evelyne Mesclier, directrice de l’IFEA.

L’accord a pour objectif de promouvoir les échanges scientifiques entre les chercheurs de l’IFEA qui développent des travaux dans la région d’Ayacucho, d’une part, et les professeurs et étudiant de l’UNSCH, d’autre part. Il s’agit également de faciliter la participation de membres de l’IFEA à la formation des étudiants, à travers des cycles de conférences ou des cours sur des thèmes spécifiques.

En plus de participer aux actes de commémoration pour l’anniversaire de l’UNSCH, la délégation française a pu visiter à Ayacucho le Sanctuaire de la Hoyada, accompagnées de représentants de l’Anfasep et de l’Equipe Péruvienne d’Anthropologie Légiste – EPAF, qui a reçu l’année dernière le Cinquième prix de droits humains  “Javier Pérez de Cuéllar”  en reconnaissance à sa contribution au travail de mémoire qui se construit au Pérou.

Evelyne Mesclier (IFEA) et Homero Ango Aguilar (UNSCH) Photo: Ambassade de France au Pérou

 

RDV de l’IFEA: Présentation de Silvia Romio

« Suivant le chemin ». La construction de l’identité  politique  des Awajún de l’Amazonie péruvienne  (1920-1980)

Dans le cadre des « Rendez-vous de l’IFEA », effectués avec l’appui de l’Ambassade de France au Pérou et l’IRD, Silvia Romio (EHESS, Paris) a présenté le 20 juin dernier une conférence à l’Alliance Française de Lima, pour un public nombreux qui a rempli la salle de Cinéma.  Silvia Romio est docteur en anthropologie par l’École des Hautes Études en Sciences Sociales- EHESS, Paris. Son travail de thèse s’est centré sur les dynamiques sociopolitiques des associations indigènes à l’Amazonie péruvienne  (Région Amazonas, provinces de Bagua et Condorcanqui).

Dans une perspective multidisciplinaire, unifiant la recherche ethnographique et les études politiques, elle a présenté ses travaux sur la relation entre le « pensée indigène » et la notion du « politique », au cours de la première étape de présence missionnaire au Haut Marañon.

Les témoignages des acteurs politiques indigènes, les mémoires des anciens leaders et le souvenir des premières guerres de l’époque de l’éducation ont été les principaux outils pour saisir la signification symbolique et le sentir local d’un processus qui a conduit à la concrétion de figures telles que le professeur bilingue et le dirigeant indigène, ainsi qu’aux fondations des premières associations indigènes awajún.

Le débat qui a suivi la présentation, a questionné la valeur réelle de ces figures individuelles dans les communautés où l’Assemblée possède un pouvoir important, ainsi que la relation entre les dynamiques d’affrontement et de négociation.

Foto: K.Pacheco

Colloque : L’héritage de José Jerónimo Triana et Jules Émile Planchon

“Perspectives historiques, actuelles et futures sur la flore de Colombie”

Dans le cadre de l’année France-Colombie 2017 et de la célébration du 150e anniversaire de l’Université Nationale de Colombie, l’Institut de Sciences Naturelles (ICN) de l’Université Nationale de Colombie (U. N. ) et l’Institut Français d’Études Andines ont organisé  un colloque pour commémorer  l’héritage  de José Jerónimo Triana et Jules Émile Planchon dans les études sur la flore colombienne .

L’évènement, qui a eu lieu 14 juin dernier, a été l’occasion d’échanges de points de vue sur la biodiversité colombienne, à partir d’approches historique et partant sur les évolutions actuelles et les perspectives pour le futur.  Le colloque a eu la participation de Marc Jeanson, responsable de l’herbier national du Musée National d’Histoire Naturel  (MNHN) de France, Céline Valadeau pensionnaire de l’IFEA à Bogota et Jaime Aguirre Ceballos, doyen de la Faculté de Sciences de l’Université National de Colombie.

Presentación de Orlando Rangel

Séminaire International : Violences de genre envers les femmes

L’émergence d’une question publique en Amérique Latine

 

Les violences de genre envers les femmes sont devenues un défi très important pour les sociétés en Amérique Latine et génèrent des réactions de rejet s d’une façon croissante particulièrement dans la société civile.

Afin de contribuer à la réflexion sur ces problématiques essentielles, l’Ambassade de France au Pérou et la Coopération Régionale Française pour l’Amérique du Sud en partenariat avec le  Groupe de Recherche Âges de la Vie et Education (EVE-PUCP), l’Institut Français de Études Andines (IFEA), l’Alliance Française de Lima, l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et l’Association civile « La Maison de Panchita » ont organisé du 31 mai au 5 juin de 2017 un ensemble d’activités intitulés : « Violences de genre envers les femmes. L’émergence d’une question publique en Amérique Latine ». L’événement a bénéficié de l’appui du Fonds d’Alembert de l’Institut Français.

Carlos Echarri (COLMEX), Cristina Alcalde (U. Kentucky), Liz Meléndez (Flora Tristán) y Robin Cavagnoud (PUCP- IFEA)

Le programme a inclus deux conférences magistrales, deux tables rondes, un débat ainsi que des œuvres de théâtre et la projection de trois films. La coordination scientifique a été assurée par Robin Cavagnoud  (PUCP – chercheur associé à l’IFEA).

Les échanges ont portés sur les facteurs qui contribuent aux différents types de violence de genre, à la fois psychologiques, sociopolitiques et culturels, et qui sont inscrits dans un paradigme de domination et dans une dynamique d’inégalités dans la répartition du pouvoir symbolique et concret.

Les débats ont proposé une contribution à la réflexion collective en vue de l’élaboration des stratégies adaptées en face à ces problématiques, stratégies pour lesquelles l’État, les acteurs politiques, les mouvements sociaux, les membres de la société civile et le milieu académique se trouvent dans l’obligation de s’allier et de travailler de manière conjointe pour trouver des réponses concrètes.

Jackeline Romio (Université Étatique de Campinas, Brésil) , Daniela Payssé (Sénateur, Uruguay) y Patricia Gómez (Observatoire de Genre du Conseil de la Magistrature (Argentine)

Fotos: K.Pacheco

Violencias de género hacia las mujeres

La emergencia de una cuestión pública en América Latina

Seminario Internacional se realizará en la Alianza Francesa de Lima

Las manifestaciones de violencia contra las mujeres son elevadas en América latina y en particular en los países andinos. Los factores que contribuyen a las distintas formas de violencia de género son a la vez psicológicos, sociopolíticos y culturales y se inscriben en un paradigma de dominación y una dinámica de desigualdades en la repartición del poder, simbólico y concreto. Desde la perspectiva de la interseccionalidad, las vulnerabilidades son analizadas en relación con la construcción de identidades de género y relacionadas con las dimensiones de origen étnico, clase social y pertenencia cultural que caracterizan el contexto latinoamericano.

Con la finalidad de elaborar estrategias adaptadas, tanto el Estado y los actores políticos como los movimientos sociales, los miembros de la sociedad civil y el medio académico se encuentran ahora en la obligación de aliarse. En esta perspectiva y para fomentar un debate público y una reflexión colectiva, el Grupo de Investigación Edades de la Vida y Educación (EVE) organiza, junto con la Embajada de Francia en Perú, el Instituto Francés de Estudios Andinos (IFEA), el Instituto de Investigación para el Desarrollo (IRD), la Asociación civil La Casa de Panchita y la Alianza Francesa de Lima, dos conferencias magistrales, dos mesas redondas, un conversatorio, una ciclo de cine y una función de teatro breve.

Coordinación científica: Robin Cavagnoud (EVE- PUCP-IFEA)

CONFERENCIAS: 1 al 3 de junio de 2017
TEATRO BREVE : 2 de junio de 2017
CINE: 31 de mayo y 5 de junio de 2017

Descargar programa

 

Colloque : Mémoires et territoires : écriture(s) de l’Histoire

Le dernier 17 et 18 mai, s’est tenu à  Bogotá le colloque international “Mémoires et territoires : écriture(s) de lHistoire« , dans le cadre de l’année France – Colombie 2017 avec le but de confronter plusieurs façons de présenter l’histoire de la Colombie en révisant un passé plein de conflits.

Le colloque a cherché à la fois ouvrir un espace de discussion sur l’histoire, le journalisme, les sciences sociales et aussi l’esthétisme, disciplines encore considérées comme  auto centrées, mais qui pourraient bénéficier d’une réflexion conjointe. Par ailleurs, il s’agissait de revendiquer l’importance de l’histoire dans un moment où la société colombienne se crispe autour des questions du control du territoire et de la mémoire.

L’événement, qui a inclus un colloque et une exposition photographique : « Photo et mémoire de la guerre en Colombie” (Université des Andes),a été organisé par l’Alliance Française de Bogotá, l’Agence France Presse (AFP), l’Institut Français d’Études Andines (IFEA), l’Université des Andes, l’Ambassade de France en Colombie, le Gouvernement de Colombie et l’Institut Français.

Presentación de Daniel Bejarano

Convocatoria: Desigualdades urbanas en América Latina y la Región Andina

25, 26 y 27 de octubre de 2017

QUITO – ECUADOR

En el marco de actividades desarrolladas en los últimos años por distintos investigadores de la región andina y en coordinación con diversas instancias nacionales e internacionales, se convoca a la Reunión de Trabajo “Desigualdades urbanas en América Latina y la Región Andina”, a realizarse el 25, 26 y 27 de octubre del año 2017 en Quito (Ecuador). El propósito de esta reunión es generar un espacio de intercambio, aprendizaje y difusión de investigadores urbanos a nivel regional, con un énfasis en la región andina (Bolivia, Colombia, Ecuador y Perú). Esta reunión formará parte de las actividades del Grupo de Trabajo sobre Desigualdades Urbanas de CLACSO. Existen dos razones que justifican la importancia de este evento. En primer lugar, la necesidad de promover espacios de intercambio a nivel de la región andina que permitan la consolidación de redes de trabajo e investigación; en segundo lugar, siguiendo las resoluciones de Hábitat III, se busca promover la discusión sobre el rol que cumple el territorio y las ciudades en la generación y reproducción de desigualdades.

El evento se organiza en torno a tres ejes temáticos que buscan indagar y profundizar en el conocimiento sobre la reproducción de desigualdades urbanas: ciudades intermedias y territorio, servicios e infraestructura, y espacio público. Se considera que estas son dimensiones fundamentales para comprender las características que posee la ciudad en América Latina en general, y en la región andina en específico.

Para participar como ponente, es necesario enviar el formato de propuesta de ponencia individual o colectiva en soporte digital a las siguientes direcciones: desigualdadurbanagt@gmail.com, con copia a Manuel Dammert Guardia. (manueldammert@gmail.com).

Descargar convocatoria

 

Pensar las cárceles en América Latina

Le livre « Pensar las cárceles en América Latina » a été présenté le 3 mai dernier avec la participation de son éditrice scientifique : Chloé Constant, docteur en sociologie-démographie (IHEAL- U. Paris 3) et les commentaire de l’anthropologue Jaris Mujica (PUCP) et l’écrivaine  Rocío Silva Santisteban.

La publication appartient à la collection Actes et Mémoires de l’IFEA et trouve son origine dans le colloque  international « Pensar las cárceles de América Latina » organisé en 2014 à Lima avec le but d’échanger analyses, expériences et connaissances des  prisons latino-américaines. Depuis le Mexique jusqu’au Chili et à l’Argentine, en passant par la Colombie, le Venezuela, le Pérou, la Bolivie et le Brésil, les contributions rassembles dans le livre abordent la prison depuis une perspective historique, analysent les relations sociales dans le domaine pénitentiaire, l’emprisonnement politique et ses  acteurs, les marchés de l’incarcération  et le sujet de prison et genre .

Photo: K. Pacheco

RDV de l’IFEA – Marie-France Prévôt-Schapira

“Transitions métropolitains et reconfigurations socio-spatiales en Amérique Latine dans le XXI siècle”

L’expansion urbaine, avant orientée vers l’informalité et l’auto construction, est actuellement contrôlée par le capital financier et le marché immobilier. Comment le changement démographique modèle-t-il la phase actuelle de la métropolisation? Quel est l’impact des acteurs du marché dans la production de la ville dans les dynamiques métropolitaines? Que se passe-t-il avec l’ancien schéma centre/périphérie ? Avec l’objectif de débattre de ces questions  d’actualité dans les études urbaines, l’Institut Français d’Études Andines et le Centre de Recherche de l’architecture et de la ville (CIAC) de la PUCP ont reçu Marie-France Prévôt-Schapira, chercheuse de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine – IHEAL – CREDA de l’Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3 (Paris-Francia), qui a présenté la conférence : “Transitions métropolitains et reconfigurations socio-spatiales en Amérique Latine dans le XXI siècle”, le 2 mai dans le cadre des  Rendez-vous de l’IFEA avec le soutien de l’Ambassade de France au Pérou, l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et la Pontificia Université Catholique du Pérou.

Marie France Prévôt-Schapira a abordé les phénomènes de transition des villes latino-américaines,  à partir de ses recherches et celles de leurs doctorants, et en dialogue avec l’importante production académique (“Tour de Babel académique” selon l’expression de N. Brenner). Elle a mis l’accent sur les processus de métropolisation et les reconfigurations sociospatiales actuelles des grandes métropoles d’Amérique Latine, dans le cadre d’une mondialisation qui s’organise au tour de la promotion du marché et de la valorisation de l’individu. En insistant sur la dimension spatiale des changements, elle a proposé une réflexion sur les effets de ces processus en termes de fragmentation et d’inégalités.

Le débat s’est appuyé sur les cas contrastés de Mexique DF qui densifie ses zones centrales et de Buenos Aires qui voit sa périphérie s’étendre, pour questionner les compétences des autorités publiques pour réguler/orienter le développement urbaine en face aux promoteurs immobiliers.

Foto: Q, Marchand

Recherche des disparus et la recherche médico-légale

Regards depuis l’art et les sciences sociales

Au cours des dernières années, plusieurs pays ont développé des méthodes de recherche des corps des personnes disparues lors de conflits armés, intra ou interétatiques, afin de pouvoir leur donner un « enterrement digne ». Le Pérou s’est inscrit dans ce mouvement global, qualifié au niveau international de « tournant médico-légal » (forensic turn). En témoignent les exhumations réalisées au cours de la dernière décennie et la promulgation d’une nouvelle loi de recherche des personnes disparues, en 2016, qui est en cours de mise en œuvre.

Cela répond à la demande de milliers de Péruviens et de Péruviennes qui continuent à espérer retrouver des traces de leurs parents, frères et sœurs ou enfants, disparus au cours du conflit armé interne des années 1980-1990, qui opposa l’Etat péruvien au parti d’influence maoïste Sentier Lumineux. Ce conflit a entraîné la mort de 70000 Péruviens, selon le rapport de la Commission de Vérité et Réconciliation (2003), et plus de 15.000 personnes demeurent disparues à ce jour.

Dans ce contexte, l’Institut Français d’Études Andines, l’Ambassade de France, l’Alliance française de Lima, l’Université Paris-Descartes – CANTHEL, le Lieu de la Mémoire, de la Tolérance et de l’Inclusion sociale (LUM), et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) avec l’appui de l’Institut Français, l’Université Nationale San Cristóbal de Huamanga (UNSCH) et la Pontificia Universidad Catholique du Pérou (PUCP), ont organisé l’événement intitulé « Recherche des disparus et la recherche médico-légale : regards depuis l’art et les sciences sociales ». L’objectif a été de présenter et discuter des expériences internationales et péruviennes de recherche des disparus et la restitution des corps aux familles.

Inauguration du colloque à Lima par Valérie Robin Azevedo

La coordination scientifique et artistique de l’événement a été assurée par Valérie Robin Azevedo (Université Paris-Descartes, Canthel – chercheuse associée à l’IFEA), il a été réalisé à travers des approches diverses  qui a inclus trois activités principales : un ciné-débat à Lima (Alliance Française, 17 et 18 avril) et à Ayacucho (Centre Culturel  de l’UNSCH,  20 et 22 de avril), un colloque international à Lima (Alliance Française, 19 avril) et à Ayacucho (Centre Culturel  de l’UNSCH,  21 avril) et deux expositions photographiques à Lima (Alliance Française, du 12 avril au 1 mai) et à Ayacucho (Centre touristique et culturel San Cristóbal, du 21 avril au 23 de juin).

Les scéances de cinéma ont été suivies de débats confiés à des anthropologues spécialistes de la question: José Carlos Agüero (IEP, Pérou), Valérie Robin Azevedo, Makena Ulfe (PUCP, Pérou), Héctor Gálvez (auteur du film NN), Mariano Aronés (IEP) et Gabriel Gatti (Université du Pays Basque).

Le colloque international “Recherche de disparus, intervention médico-légale et processus de deuil. Approche comparative et bilan du cas péruvien” a permis de décrire les cas de l’Argentine, de la Bosnie, du Guatemala, du Rwanda et du Pérou. Il a inclus une table ronde sur la nouvelle loi péruvienne et sa signification pour le processus de recherche et les familles de disparus. De nombreuses institutions péruviennes , tant du secteur public comme de la société civile, ont participé aux débats.

Colloque International à Ayacucho

L’exposition photographique à Lima,« Recherche de disparus, recherche médico-légale et deuil », était composée des œuvres d’Alejandro Olazo Millán, Jaime Pacheco et James Rodriguez portant sur des exhumations et des enterrements réalisés au Pérou et au Guatemala.

A Ayacucho, l’exposition « Disparus : entre la recherche et l’espoir », fait partie des collections du LUM et du CICR ayant circulées préalablement dans d’autres régions du pays.

L’événement, fort d’un public nombreux et d’une importante présence des institutions impliquées, a permis une vraie réflexion collective sur une problématique qui affecte non seulement les familles de disparus, mais aussi l’ensemble de la société péruvienne.

Exposition à l’Alliance Française de Lima

Photos à Lima: K. Pacheco

Photos à Ayacucho : E. Mesclier

 

Exposition à l’Alliance Française de Lima