Presentación de libro

ARQUEOMETRÍA: ESTUDIOS ANALÍTICOS DE MATERIALES ARQUEOLÓGICOS

Rémy Chapoulie, Marcela Sepúlveda, Nino Del-Solar-Velarde, Véronique Wright (eds.)

Fecha y hora: lunes 12 de marzo de 2018 – 19h

Lugar: Sala de cine Alianza Francesa de Lima (Av. Arequipa 4595, Miraflores – Lima)

Participan:

  • Christophe Moulherat, Museo del Quai Branly-Jacques Chirac  (Paris, Francia)
  • Denise Pozzi-Escot, Museo de Sitio de Pachacamac (Lima, Perú)
  • Marcela Sepúlveda, Universidad de Tarapacá (Arica, Chile)

Sobre la publicación:

Este libro constituye una primera recopilación de técnicas arqueométricas elementales, moleculares, de datación y de prospección, además de casos de estudio originales en los cuales la utilización de estos análisis contribuyó con resultados enriquecedores y significativos a la interpretación arqueológica de variadas dimensiones materiales y culturales de sociedades pasadas de América y de Europa. Esperamos que por ser el primer libro de síntesis de estas características, en español, se genere un gran interés entre estudiantes, profesionales e investigadores, en sus variados procesos de formación e investigación, para que en el futuro incorporen estas herramientas y miradas arqueométricas a sus trabajos y a la resolución de sus problemas de estudio.

Los 30 capítulos están estructurados en 3 partes: I) Técnicas, protocolos y aplicaciones; II) Materiales y casos de estudio; y finalmente, III) Técnicas de prospección en Arqueología.

Los autores son destacados investigadores arqueólogos, físicos, químicos, biólogos y geógrafos de Argentina, Brasil, Chile, Estados Unidos, Francia, México y Perú.

Evento en facebook: https://www.facebook.com/events/2116008291960992/

Workshop et conférence finale du programme BlueGrass, Sao Paulo, 6 -10 novembre 2017

Par Jérémy Robert (IFEA)

Le 4ème workshop et la conférence finale du programme BlueGrass se sont tenus à Sao Paulo, au Brésil, en novembre 2017. Cet événement a permis un travail de synthèse à partir des études de cas ainsi qu’une réflexion sur l’intérêt de la mise en œuvre de l’analyse des coalitions d’acteurs multiniveaux. Les discussions ont mis en évidence les enjeux (et les difficultés) de la comparaison et l’intérêt d’une analyse fine des conflits et des jeux d’acteurs pour saisir la complexité des changements politiques. Elles ont permis de définir des axes de réflexion transversaux avec l’objectif de valoriser les résultats des recherches dans une série de publications collectives : les hydrocracies locales, l’émergence et l’institutionnalisation des politiques environnementales, le rôle des experts ou encore le gouvernement des minorités et l’activisme.

Cette réunion des chercheurs du programme a été aussi l’opportunité d’un échange avec le public dans le cadre d’une conférence donnée par Bernard Barraqué sur les « Conflits de l’eau dans les Amériques. Une approche comparative », suivies des interventions d’Ana Paula Fracalanza et Patrick Laigneau sur les conflits et des politiques de l’eau dans le contexte brésilien. La semaine de travail s’est conclue par une visite de l’usine de traitement de l’eau de San Lorenzo accompagnée par les ingénieurs de la SABESP (opérateur à Sao Paulo).

Cette semaine d’échange a clôturé 4 années de recherche sur les conflits et les politiques de l’eau dans les villes d’Amériques. Elle n’est cependant qu’une étape supplémentaire dans le processus collectif – interdisciplinaire et international – de réflexion et de production de connaissance sur les enjeux de l’eau, et qui continue de fournir des perspectives nombreuses et stimulantes.

 

 

 

BlueGrass (2014- 2017) – Les luttes pour « l’or bleu » : des mobilisations locales pour l’eau à l’internationalisation des politiques environnementales. Une analyse multi-niveaux. Programme de recherche ANR mené dans plusieurs pays d’Amérique: Brésil, Etats-Unis, Mexique, Pérou et Bolivie. Ce programme est porté par l’unité mixte internationale du CNRS EGlobes et l’university of Arizona à Tucson en partenariat avec le CEMCA, l’IFEA et l’Université de São Paulo au Brésil.

Cycle « Sujétion et émancipation en Amérique latine et les Caraïbes »

En Colombie, l’année 2017 a été l’occasion d’organiser le cycle de conférences « Sujétion et émancipation en Amérique latine et les Caraïbes ». Ces nombreuses rencontres scientifiques internationales ont permis une réflexion sur l’histoire de la puissance coloniale et les formes de soumission, de libération et de résistance qui lui furent associées. Promus par la coopération bilatérale universitaire, ces événements ont contribué au dialogue entre linguistes et  historiens  français et colombiens.

La réflexion a cherché également à aborder l’historialisation des différentes articulations entre la  race, la classe et le genre, afin de comprendre quelles ont été les modalités de la négociation du pouvoir. De façon transversale, les rôles des femmes, les peuples autochtones, les afro-descendants, les métis et tous ceux considérés comme anormaux, ont été considérés pour pouvoir découvrir la spécificité de chaque processus inscrit dans un moment historique précis.

En bref, la dynamique qui existe entre les réalités locales et les aspects globaux, tels que la puissance coloniale, a été au centre de la réflexion de cet événement qui a été divisé en six cycles :

  • Premier cycle « Subjugation Coloniale » avec la Conférence « Race et temps : un défi » pour les historiens » de Jean-Frédéric Schaub (EHESS CRBC – Mondes américains) et des commentaires de Max s. Hering Torres (UNAL) et Marguerite Garrido (Université des Andes, Université Externado, Université d’Oxford)

  •  2éme cycle  « Illustration : entre l’égalité et le racisme »  avec la conférence « Orangs-outans et esclaves : limites de l’humanité dans le débat illustré», présentation de Silvia Sebastiani (CRH-EHESS, European University Institute) et les commentaires de Georges Lomné ( Université Paris-Est Marne-la – La – Vallée) et Max S. Hering Torres (UNAL).

  • Troisième cycle « L’esclavage et la liberté » avec la Conférence « Fuir,  payer ou se révolter : libération de l’esclavage dans les Amériques jusqu’à 1851 » présentation de Aline Helg (Université de Genève) et les commentaires de Marixa Lasso (UNAL).

  • Quatrième cycle : « Mémoire, colonialité et transmodernité », avec  «L’Europe des Caraïbes et la colonialité de la mémoire » conférence de Manuela Boatca (Université de Fribourg) et les commentaires de Santiago Castro-Gomez (Pontificia Université Javierana)

  • Cinquième cycle «  Multiculturalisme : émancipation ou assimilation ? », Conférence « Dérives du multiculturalisme en Colombie : utopies ethniques et promotion du marché patrimonial » de Marta Zambrano (UNAL) et les commentaires de Vince Curiel (UNAL)
  • Sixième cycle : « Expressions oraless et Littératures autochtones en Colombie. Vers une émancipation de l’écriture ? », avec la conférence « Oralités graphiques et visions cérébrales des textualités autochtones contemporaines » par Miguel Rocha Vivas (Pontificale Université Javeriana) et les commentaires de Laura Lema Silva.

Les rencontres ont été organisées conjointement par l’Institut des Amériques (IdA), l’Institut Français d’Études Andines, l’UNAL, l’Université Marne – la Vallée et GRECOL, dans le cadre de l’année France / Colombie saisons croises 2017.

Texte : IFEA – Colombie

Crédits photos :  Institut des Amériques, Pole andin Bogotá

Interculturalidad, Educación Intercultural Bilingüe (EIB) y políticas públicas en Ecuador

Por Sarah Dichy-Malherme (Universidad de La Rochelle/ Universidad París-Nanterre/ IFEA)

En un contexto de apertura del gobierno ecuatoriano al “diálogo nacional” con los movimientos sociales, y en particular con las organizaciones indígenas, Anne-Gaël Bilhaut, representante del Instituto Francés de Estudios Andinos en Ecuador, y Teresa Carbonell, en representación de la carrera de Filosofía y Antropología aplicada de la Universidad Politécnica Salesiana (UPS) y del Grupo de Investigación en Filosofía de la Educación (GIFE), organizaron el 27 de octubre un “Conversatorio sobre interculturalidad, Educación Intercultural Bilingüe (EIB) y políticas públicas”. El objetivo era reunir investigadores, formadores y miembros de las organizaciones indígenas, para presentar e intercambiar experiencias, reflexiones y perspectivas sobre los retos de la Educación Intercultural Bilingüe. Después de la introducción de Hernán Hermosa, docente de la UPS, Floralba Aguilar, coordinadora del GIFE, insistió sobre la necesidad de desarrollar la filosofía de la educación, como saber globalizador y crítico, para crear las condiciones de posibilidad de una educación para la convivencia. Luego, el antropólogo Patricio Guerrero, moderador del conversatorio, recordó la filosofía originaria de la educación bilingüe, a través de la voz de las “mamás” Dolores Cacuango y Tránsito Amaguaña, fundadoras de las escuelas indígenas de Cayambe en los años 1940: no sólo quisieron compartir el “secreto poder de las escrituras”, sino que por su labor sembraron las semillas de la interculturalidad, hoy constitucionalmente reconocida gracias a un proceso de lucha de larga duración, que todavía está por completar.

Créditos foto: Universidad Politécnica Salesiana

Cuatro ponencias permitieron plantear el tema desde distintos enfoques, académicos y políticos. Sarah Dichy-Malherme (doctoranda de las Universidades de La Rochelle y París-Nanterre, asociada al IFEA), empezó con una reflexión sobre los “Territorios de la educación en el Ecuador”. Partiendo de un análisis del discurso de los actores de las organizaciones indígenas y de la EIB, intentó demostrar que el sistema y los establecimientos educativos bilingües, sobre todo en la ciudad, se perciben como una nueva forma de territorio comunitario, que se trata de defender frente a un Estado potencialmente colonizador. La exposición de Teresa Carbonell (docente de la UPS, miembro del GIFE y doctoranda de la Universidad del País Vasco) sobre “La EIB en la Amazonía: saberes y epistemologías en los pueblos y nacionalidades amazónicas en el Ecuador” permitió evidenciar las fallas de las políticas públicas de educación en las comunidades del oriente ecuatoriana. También hizo hincapié en las carencias concretas del sistema, en particular la inadecuación de las infraestructuras y la falta de conocimiento de las lenguas ancestrales por parte de los profesores.

Intervención de Sarah Dichy-Malherme (Universidad de La Rochelle/ Universidad París-Nanterre/ IFEA) / Créditos foto: Universidad Politécnica Salesiana

Etsa Franklin Sharupi, coordinador de la Comisión de Educación de la Confederación de Nacionalidades Indígenas Amazónicas del Ecuador (CONFENIAE), expuso la “Perspectiva política de los pueblos indígenas amazónicos del Ecuador”, que presentó como una “propuesta desde la insurgencia y el derecho”, mediante un recorrido histórico de la implantación de la EIB en la Amazonía, pero también la lectura del Mandato para la “Restitución del Sistema de Educación Intercultural Bilingüe” elaborado por la CONFENIAE en los últimos meses. Finalmente, desde su experiencia docente en la carrera de EIB de la UPS Fredy Simbaña (doctorando de la Universidad Autónoma de Barcelona) presentó algunas “Perspectivas de la enseñanza de la cosmovisión y el saber en la formación docente”. Insistió en particular sobre la necesidad de contextualizar el estudio de las espiritualidades en las carreras de formación docente.

Comentarios finales de Anne-Gaël Bilhaut (IFEA) / Créditos foto: Universidad Politécnica Salesiana

Después de las ponencias, se abrió un debate con el público presente – unas 100-130 personas, en su mayoría estudiantes de las carreras de Filosofía, Antropología Aplicada y EIB de la UPS – que expresó sus dudas, pero también sus propias experiencias relativas a la situación de la EIB y a los retos que se deben enfrentar, tanto desde las políticas públicas como para las propias organizaciones indígenas. Al cerrar el evento, Anne-Gaël Bilhaut propuso prolongarlo con otros encuentros, para profundizar en las cuestiones mencionadas: ¿Qué es la educación propia y cómo lograrla? ¿Cuál es y debe ser el lugar de las lenguas ancestrales en la enseñanza? ¿Cómo capacitar a los docentes de la EIB? Concluyó invitando a los presentes al Congreso internacional de Antropología shuar y achuar, coorganizado en abril de 2018 por el IFEA con el apoyo de la UPS.

 

 

 

RDV de l’IFEA : Cristóbal Gnecco « La ruine du Qhapaq Ñan »

Il y a trois ans, le Comité du Patrimoine Mondial de l’UNESCO a inscrit sur sa liste le Qhapaq Ñan, système de chemin dans les Andes, dans la catégorie « itinéraire culturel ». La conférence « La ruine du Qhapaq Ñan » présentée par Cristóbal Gnecco, anthropologue de l’Université du Cauca (Colombie), est le résultat d’une étude ethnographique sur la patrimonialisation du chemin, c’est-à-dire, des politiques et des actions qui l’ont transformé en un bien patrimonial, ainsi que des conséquences produites par cette déclaration.

La rencontre a eu lieu le 5 septembre dernier dans le cadre des RDV de l’IFEA. C’était une présentation post-archéologique qui ne cherchait pas à présenter le patrimoine comme un objet naturalisé (qui ne serait discuté mais réglementé) mais qui visait plutôt à faire découvrir des récits, des publics et même des mises en scène. Le regard qui voit le chemin, les relations et les significations entre êtres humains, pas entre les choses ; en présentant les effets des activités patrimoniales sur les personnes et comment celles-ci entrent en rapport avec leurs divers objets discursifs ; les lieux d’interaction (sites, musées, livres, vidéos, brochures) comme espaces construits où se déroule la matérialité du social et de la politique.

Les RDV de l’IFEA sont des conférences organisées avec le soutien de l’Ambassade de France au Pérou, l’Institut pour la Recherche et le Développement (IRD) et l’Alliance Française de Lima.

Cristóbal Gnecco (Crédits photo: K. PACHECO)

Symposium international « Récits Subalternes : des voix depuis l’archéologie péruvienne »

Ces dernières décennies, sous l’influence des critiques de l’archéologie traditionnelle, la discipline a connu un tournant significatif, passant d’un regard centré sur le « matériel » à une plus grande attention  postée de « vies sociales » du passé. La reconnaissance de ces « voix réduites au silence » est une tâche en attente et nécessaire pour l’archéologie péruvienne.

Dans le but de dé-construire les histoires officielles et d’encourager l’incorporation des histoires alternatives à partir de la reconnaissance de ces « voix subalternes » le World Archeological Congress (WAC) et l’Institut Français d’Études Andines ont organisé le symposium : « Récits subalternes : des voix depuis l’archéologie péruvienne » avec le soutien du Centre Bartolomé de las Casas, l’association SER, le Conseil supérieur de la recherche scientifique et l’Alliance Française de Lima.

Henry Tantaleán, Luis Armando Muro (coordinateurs scientifiques) et Evelyne Mesclier (Directrice de l’IFEA) (Crédits photo: K. PACHECO)

L’objectif de cette rencontre était d’examiner l’impact de ces représentations dans les communautés contemporaines urbaines, péri-urbaines et rurales et d’analyser comment les populations s’identifient elles-mêmes, si elles rejettent ou mettent à l’épreuve ces discours. Un dialogue multi vocal indispensable a été établi et il se confronte aux discours officiels de l’académie et des institutions gouvernementales.

L’événement, qui s’est tenu du 31 août au 1 septembre à l’Alliance Française à Lima, a rassemblé de nombreux chercheurs péruviens et internationaux tels que: Cristóbal Gnecco (Université du Cauca, Colombie), César W. Astuhuamán Gonzáles (Ministère de la Culture Pérou), Andrea Gonzáles Lombardi (Université d’Illinois à Chicago, USA), Francesca Fernandini Parodi (PUCP), Franco Mora (Équipe Péruvienne d’Anthropologie Médico-Légale), Pablo García (Université de St Andrews, Ecosse), Carolina de Belaúnde (Institut d’Études Péruviens, Pérou / Université de Bonn, Allemagne), Raúl H. Asensio (Instituto de Estudios Peruanos), Lucio Quisiyupanqui (dirigeant de la communauté de Pumamarka / Université National Mayor de San Marcos, Pérou), entre autres.

Óscar Espinoza Martín (UNMSM), Francesca Fernandini Parodi (PUCP) et Sofía Chacaltana (Universidad Antonio Ruiz de Montoya) (Crédits photo: K. PACHECO)

 

Deuxième journée des bolivianistes « L’État plurinational de Bolivie : concepts et réalités »

Paris – Juin 2017

Article redactée par Elise GADEA (IHEAL – IFEA) 

Le 6 juin 2017 s’est tenue, grâce à l’appui de l’IFEA, la journée d’étude consacrée au concept et à la réalité de l’Etat plurinational. Cet évènement s’est attaché à évaluer les changements amorcés par l’Etat plurinational. La première partie de cette journée s’est concentrée sur l’étude de cet État juridique sui generis. Si Jean-Réne Garcia aborda la notion d’utopie dans la Constitution juridique, Victor Audubert  présenta les fondements sociaux, philosophiques et juridiques du précepte du vivir bien cher à l’Etat plurinational bolivien. Dans quelle mesure cet État constitue une rupture avec l’ancien ordre constitutionnel, et représente une nouvelle manière d’appréhender le lien entre l’État et les citoyens à l’aune de la plurinationalité et de l’interculturalité ? Elise Gadea interrogea le processus politique de reconnaissance de la justice dite indigène, au sein de diverses instances gouvernementales –notamment le tribunal constitutionnel plurinational- afin d’analyser l’évolution de la légitimité des diverses sources de droit locales. Wiam Oualane montra en quoi la Bolivie peut être considérée comme un exemple de la fractalisation du droit en Amérique latine, où le système institutionnel fragilise l’Etat de droit.

S’éloignant de la thématique juridique, l’après-midi de cette journée d’étude fut consacrée à une analyse sociologique, anthropologique et politique de la démocratie participative et communautaire du nouveau modèle de citoyenneté bolivienne, notamment des autonomies territoriales et de la santé interculturelle. Les divers participants montrèrent en quoi les changements constitutionnels sont vécus par les acteurs locaux. D’abord, Veronica Calva aborda le cas de Tarabuco. Elle montra en quoi le dispositif d’ethnogouvernementalité dans cette municipalité ne s’inscrit pas dans une rupture via-à-via des gouvernements antérieurs, faisant de l’Etat plurinational un avatar du multilatéralisme des années 1990. Conservant le même objet d’étude, Père Morell Terra présenta les différents régimes d’autonomie et plus particulièrement celui de Charagua montrant quels en sont les véritables enjeux. Dans un registre différent, Amélie Aubert-Plard analysa les différentes restructurations mises en place par l’Etat plurinational dans l’accès des femmes enceintes à la santé au sein de la ville de El Alto. Elle montra comment le flou institutionnel ainsi que les barrières sociales et culturelles entre professionnels de santé et usagers freinent une amélioration des soins et une baisse de la mortalité infantile.

Les débats ont été nourris entre les participants et le public, composé notamment de représentants étatiques tels que plusieurs ambassadeurs français et bolivien. Les discussions revenant sur les différentes présentations, ont permis d’approfondir l’analyse de l’Etat plurinational ainsi que certains de ses concepts clés comme la catégorie Indigène Originaire Paysan.

Le succès de cette journée d’étude ainsi que de l’édition précédente de 2016 symbolisent la réactivation du cycle de rencontres impulsé au début des années 2000. Grace au premier réseau de publication et de partage des « bolivianistes » français, les organisateurs de l’édition 2017 profitent de cette expérience et des dynamiques précédentes, afin de continuer à œuvrer pour la circulation et le rassemblement des recherches sur la Bolivie. L’organisation d’une journée des bolivianistes en 2018 permettra de pérenniser ce nouvel élan, crucial pour l’union et la valorisation des recherches en sciences sociales sur la Bolivie.

 

22e Foire International du Livre de Lima

Comme chaque année  l’IFEA a participé à la Foire Internationale du livre de Lima – FIL 2017, qui a célébré sa 22e édition (dès 21 juillet  jusqu’à 6 août) organisée dans le parc de « Los Próceres »  du district de Jesus María.

Sur son stand (nº3) l’IFEA a accueilli de nombreux visiteurs et acheteurs, qui ont pu acquérir les dernières publications de l’Institut à un tarif préférentiel.

Colloque-atelier du GDRI APOCAMO2

L’évangélisation et les nouvelles religions dans la transformation du panorama politique des peuples indigènes d’Amazonie

Avec les premiers européens qui débarquent dans le Nouveau Monde au départ de la période coloniale, on trouve des missionnaires disposés à propager l’évangile entre les peuples indigènes. Si le catholicisme se prédit depuis le XVI siècle, d’autres églises d’origine et d’inspiration variées se sont implantées plus récemment, surtout dans les dernières décennies. La croissance considérable de ce que l’on appelle « les nouvelles religions » (qu’elles soient de type charismatique, pentecostal, évangélique, autochtones ou autre), et de nouvelles interprétations du propre catholicisme, a suscité une profonde recomposition du paysage politico-religieux dans de nombreuses régions d’Amérique indigène. Ce processus est observable aussi dans la région de l’Amazonie où l’hégémonie du catholicisme traditionnel comme influence religieuse s’est vue affectée par ces formes nouvelles de religiosité. Avec l’objectif de proposer une réflexion sur ces questions et d’autres de l’anthropologie politique de l’Amazonie contemporaine, un colloque-atelier du groupe international APOCAMO2[1]  s’est tenu les 17 et 18 juillet 2017 à l’Université Catholique du Pérou à Lima.

Présentation Jean-Pierre Chaumeil

L’objectif de l’atelier a été d’interroger les effets de ces nouvelles configurations religieuses en constante mutation, sur les pratiques politiques des sociétés indigènes de l’Amazonie andine. Il a cherché à analyser l’énorme créativité dans la combinaison du chamanisme, avec de nouvelles et anciennes religions, et de formes d’action politique, au-delà du simple syncrétisme, suscitant ainsi un certain nombre de questions : Quel a été (est) l’impact de l’évangélisation et des nouveaux mouvements religieux dans la transformation du leadership amérindien d’Amazonie (la figure du dirigeant politique moderne en particulier) ou dans la reconfiguration de ses réseaux d’appui ? Comment penser la relation entre les vieilles et les nouvelles églises (autochtones ou non) avec la pratique chamanique (dans certains endroits caractérisée par une forme de « décadence » ou « marginalisation », alors qu’ailleurs on parle au contraire de « renaissance ») quand on sait que de nombreux chaman (ou considérés comme tels) jouent un rôle politique toujours plus actif aussi bien au niveau local, que régional et national ? Que peut-on dire de la consolidation (ou non) d’un catholicisme ou d’un mouvement évangélique amérindien, qui pose la question fondamentale de la nature de la « conversion » et qui pourrait aussi traduire une recombinaison des adhésions religieuses et politiques amérindiennes ?

Oscar Espinosa (PUCP), Élise Capredon (CRBC-Mondes Américains) et Alexandre Surrallés (CNRS-Collège de France)

Dix communications ont alimenté ces deux journées de travail organisées en deux axes : « la religion et l’impact sur l’organisation sociale et institutionnelle », et « les trames culturelles de la réception missionnaire », sous la direction des organisateurs du colloque-atelier, Jean-Pierre Chaumeil (CNRS-UPO) Oscar Espinosa (PUCP), et Alexandre Surrallés (CNRS-Collège de France). Élise Capredon (CRBC-Mondes Américains), conférencière invitée, initia les discussions à propos de la « Rencontre des Baniwa « croyants » avec les nouvelles Eglises évangéliques brésiliennes et ses répercussions sur la scène religieuse du Alto Río Megro (Amazonas, Brésil) ». L’atelier s’est conclu avec la présentation du dernier livre publié par APOCAMO Política y poder en la Amazonia: Estrategias de los pueblos indígenas en los nuevos escenarios de los países andinos (Bogotá, UNC, 2017).

[1] Grupo de Investigación internacional (GDRI) APOCAMO “Antropología política contemporánea en la Amazonía occidental” (IFEA, CNRS, EHESS, UNAL, PUCP, FLACSO).

Journées de Jeunes Américanistes 2017

“Espaces et lieux des conflits”

La définition de l’espace comme un lieu, la compréhension des conflits et des acteurs qui interviennent, aborder le rôle du chercheur, qui doit surmonter les terminologies et les concepts inhérents à leur discipline, furent quelques-uns des défis des jeunes chercheurs lors de la dernière édition des Journées de Jeunes Américanistes (JJA) 2017 :  “Espaces et lieux des conflits”, réalisée du 3 à 5 juillet à Lima et Madrid simultanément.

L’événement fut l’occasion d’établir de nouveaux liens de réflexion scientifique et de partage entre l’Amérique Latine et l’Europe. Trois conférences magistrales furent données par Evelyne Mesclier (IFEA), Carlos Malamud (UNED) et Deborah Pugley (GICO-PUCP) conjointement avec deux jours d’ateliers et une sortie de terrain à Lima (visite guidée au  LUM – Musée de la Mémoire, la Tolérance et l’inclusion social) et du trajet sud de la ligne 1 de Métro de Lima, coordonnée par Quentin Marchand (IFEA) et Karina Chávez (PUCP).

Inauguration à Lima: Sofía Castro, Audrey Chérubin, François Bignon y Quentin Marchand

L’ensemble de ces activités a eu pour objectif de faciliter la réflexion collective. Chaque participant a pu présenter son expérience méthodologique et participer activement aux ateliers, ces derniers étaient organisés en trois groupes de travail autour des grands axes thématiques des journées. Les échanges alimenteront une production collective post événement.

Les premières JJA furent organisées en 2010 au Centre de Études Mexicaines et Centroaméricains (CEMCA), à l’initiative de jeunes doctorants en Sciences Sociales et Humaines. Elles cherchaient à promouvoir un espace de discussion interdisciplinaire et international qui soit ouvert aux différents disciplines et méthodologies. L’IFEA s’est joint à l’organisation des éditions suivantes ainsi que la Casa de Velázquez à Madrid plus récemment.

La huitième édition s’est déroulée grâce à l’appui des institutions françaises et latino-américaines comme : la Pontificia Universidad Católica del Perú, siège des journées au Pérou, l’Institut des Amériques (IdA), l’Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), l’Institut Français d’Amérique Latine (IFAL) et la Coopération Régionale Française pour l’Amérique du Sud.

Jeunes Américanistes à Lima

Jornadas de Jóvenes Americanistas 2017

“Espacios y lugares de los conflictos”

Definir el espacio como lugar, comprender los conflictos y los actores que intervienen en ellos, abordar el papel del investigador superando las terminologías y los conceptos de sus propias disciplinas, fue el reto enfrentado por los jóvenes investigadores en la última edición de las Jornadas de Jóvenes Americanistas (JJA) 2017 “Espacios y lugares de los conflictos”, que se realizaron del 3 al 5 de julio, en Lima y Madrid simultáneamente.

El evento significó una oportunidad para establecer nuevos puentes de reflexión científica y de colaboración entre América Latina y Europa. Acogió conjuntamente tres conferencias magistrales a cargo de Evelyne Mesclier (IFEA), Carlos Malamud Rikles (UNED) y Deborah Delgado Pugley (GICO-PUCP), dos días de  talleres y una salida de campo (en Lima) que consistió en una visita guiada por el Lugar de la Memoria, la Tolerancia y la Inclusión social (LUM) y un recorrido del tramo Sur de la línea 1 del Metro de Lima presentado por Quentin Marchand (IFEA) y Karina Chávez (PUCP).

Inauguración en Lima: Sofía Castro, Audrey Chérubin, François Bignon y Quentin Marchand

Esta combinación de actividades tuvo como objetivo favorecer la reflexión colectiva sobre la temática doble de los espacios y los lugares considerados dentro de las situaciones de conflicto y permitió a cada participante presentar su experiencia metodológica y participar activamente en los talleres que fueron organizados en tres grupos de trabajo. Los intercambios alimentarán una producción colectiva posevento.

Las jornadas se realizaron por primera vez en 2010 en el Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos (CEMCA), como una iniciativa de estudiantes de doctorado en Ciencias Sociales y Humanas, teniendo como objetivo el proponer un espacio de discusión interdisciplinaria e internacional, abierto a las diferentes disciplinas y metodologías. En las siguientes ediciones se sumaron a la organización el Instituto Francés de Estudios Andinos (IFEA) y desde hace dos años la Casa de Velázquez, sede de las jornadas en Madrid.

Esta octava edición se realizó gracias al apoyo de instituciones francesas y latinoamericanas como la Pontificia Universidad Católica del Perú, sede de las jornadas en Lima, el Instituto de las Américas (IdA), la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), el Instituto Francés de América Latina (IFAL) y la Cooperación Regional Francesa para América del Sur.

Jóvenes Americanistas 2017  en Lima

 

ACCORD DE COOPERATION ENTRE L’IFEA ET LA UNSCH

Un accord de coopération a été signé le trois juillet entre l’IFEA et l’Université National de San Cristóbal de Huamanga (UNSCH) dans le cadre de la célébration du 340e anniversaire de cette institution. L’événement a eu lieu en présence de  M. Fabrice Mauriès, Ambassadeur de France au Pérou, Homero Ango Aguilar, recteur de l’Université et  Evelyne Mesclier, directrice de l’IFEA.

L’accord a pour objectif de promouvoir les échanges scientifiques entre les chercheurs de l’IFEA qui développent des travaux dans la région d’Ayacucho, d’une part, et les professeurs et étudiant de l’UNSCH, d’autre part. Il s’agit également de faciliter la participation de membres de l’IFEA à la formation des étudiants, à travers des cycles de conférences ou des cours sur des thèmes spécifiques.

En plus de participer aux actes de commémoration pour l’anniversaire de l’UNSCH, la délégation française a pu visiter à Ayacucho le Sanctuaire de la Hoyada, accompagnées de représentants de l’Anfasep et de l’Equipe Péruvienne d’Anthropologie Légiste – EPAF, qui a reçu l’année dernière le Cinquième prix de droits humains  “Javier Pérez de Cuéllar”  en reconnaissance à sa contribution au travail de mémoire qui se construit au Pérou.

Evelyne Mesclier (IFEA) et Homero Ango Aguilar (UNSCH) Photo: Ambassade de France au Pérou

 

RDV de l’IFEA: Présentation de Silvia Romio

« Suivant le chemin ». La construction de l’identité  politique  des Awajún de l’Amazonie péruvienne  (1920-1980)

Dans le cadre des « Rendez-vous de l’IFEA », effectués avec l’appui de l’Ambassade de France au Pérou et l’IRD, Silvia Romio (EHESS, Paris) a présenté le 20 juin dernier une conférence à l’Alliance Française de Lima, pour un public nombreux qui a rempli la salle de Cinéma.  Silvia Romio est docteur en anthropologie par l’École des Hautes Études en Sciences Sociales- EHESS, Paris. Son travail de thèse s’est centré sur les dynamiques sociopolitiques des associations indigènes à l’Amazonie péruvienne  (Région Amazonas, provinces de Bagua et Condorcanqui).

Dans une perspective multidisciplinaire, unifiant la recherche ethnographique et les études politiques, elle a présenté ses travaux sur la relation entre le « pensée indigène » et la notion du « politique », au cours de la première étape de présence missionnaire au Haut Marañon.

Les témoignages des acteurs politiques indigènes, les mémoires des anciens leaders et le souvenir des premières guerres de l’époque de l’éducation ont été les principaux outils pour saisir la signification symbolique et le sentir local d’un processus qui a conduit à la concrétion de figures telles que le professeur bilingue et le dirigeant indigène, ainsi qu’aux fondations des premières associations indigènes awajún.

Le débat qui a suivi la présentation, a questionné la valeur réelle de ces figures individuelles dans les communautés où l’Assemblée possède un pouvoir important, ainsi que la relation entre les dynamiques d’affrontement et de négociation.

Foto: K.Pacheco