Débat sur l’ interculturalité,  l’Éducation Interculturelle Bilingue (EIB) et les politiques publiques (Équateur)

Par Sarah Dichy-Malherme (Université de La Rochelle/ Université París-Nanterre/ IFEA)

Dans un contexte d’ouverture du Gouvernement équatorien pour le « dialogue national » avec les mouvements sociaux et en particulier avec les organisations indigènes, Anne-Gaël Bilhaut, représentante de l’Institut Français d’Études Andines en Équateur et Teresa Carbonell, enseignante de l’École de Philosophie et anthropologie appliquée à l’Université Polytechnique Salésienne (UPS) et le groupe de recherche sur la philosophie de l’éducation (GIFE), ont organisé le 27 octobre, un « débat sur l’interculturalité, l’éducation Interculturelle bilingue (EIB) et les politiques publiques ». Le but a été de réunir des chercheurs, des formateurs et des membres d’organisations indigènes, pour présenter et échanger leurs expériences, réflexions et perspectives sur les défis de l’éducation bilingue interculturelle. Après l’introduction du Hernán Hermosa, enseignant de l’UPS, Floralba Aguilar, coordonnatrice du GIFE, a insisté sur le besoin de développer la philosophie de l’éducation, comme savoir mondialisateur et critique, qui permet de créer les conditions de possibilité d’une éducation pour la coexistence. Ensuite, l’anthropologue Patricio Guerrero, animateur du groupe de discussion, a évoqué la philosophie originaire de l’éducation bilingue, vers la voix des « mamans » Dolores Cacuango et Tránsito Amaguaña, fondatrices des écoles indigènes  de Cayambe dans les années 1940 : elles n’ont pas seulement voulu partager « le pouvoir secret des écritures », mais aussi , par leur travail, semés les graines de l’interculturalité, aujourd’hui constitutionnellement reconnue grâce à un processus de lutte de longue durée, qui est encore à achever.

Crédits photo: Universidad Politécnica Salesiana

Quatre présentations ont permis de soulever la question des perspectives différentes, académiques et politiques. Sarah Dichy-Malherme (doctorante à l’Université de La Rochelle et de Paris-Nanterre, associée à l’IFEA), a commencé avec une réflexion sur « Les territoires de l’éducation en Equateur ». Basé sur une analyse du discours des acteurs des associations indigènes et de la EIB, elle a essayé de prouver que le système et les établissements d’enseignement bilingues, particulièrement dans la ville, sont perçus comme une nouvelle forme de territoire communautaire, qui se défend contre un État potentiellement colonisateur. L’exposition de Teresa Carbonell (enseignante de l’UPS, membre du GIFE et doctorante de l’Université du Pays Basque) sur « L’EBI dans l’Amazonie : savoirs et épistémologies en peuples et nationalités amazoniennes en Equateur » a permis de mettre en évidence l’échec des politiques publiques de l’éducation dans les communautés de l’Oriente équatorien. Il a également souligné les lacunes concrètes du système, en particulier l’inadéquation des infrastructures et le manque de connaissance des langues ancestrales par les enseignants. Etsa Franklin Sharupi, coordinateur de la Commission de l’Éducation de la Confédération des Nationalités Indigènes Amazoniennes de l’Équateur (CONFENIAE), a parlé de la « perspective politique des peuples indigènes amazoniennes de l’Equateur », qu’il a présentée comme a présenté une « proposition depuis l’insurrection et le droit », par le biais d’un récit historique de l’implantation de la EIB dans l’Amazonie, mais aussi la lecture du mandat pour la « Restauration du système de l’éducation interculturelle bilingue » préparé par la CONFENIAE ces derniers mois. Enfin, à partir de son expérience comme enseignant dans l’UPS, Fredy Simbaña EIB (doctorant de l’Université Autonome de Barcelone), a présenté quelques « Perspectives de l’enseignement de la cosmovision et les savoirs en la formation des enseignants ». Il a insisté en particulier sur le besoin de contextualiser l’étude des spiritualités dans les disciplines de formation des enseignants.

Sarah Dichy-Malherme (Université de La Rochelle/ Université París-Nanterre/ IFEA) / Crédits photo: Universidad Politécnica Salesiana

Après les présentations, il y a eu un échange avec le public  – de 100 à 130 personnes, pour la plupart des étudiants de philosophie et anthropologie appliquée de l’EIB et de l’UPS – ils ont exprimé leurs doutes, mais aussi leurs propres expériences concernant la situation de l’EIB et les défis qu’elle rencontre, tant depuis les politiques publiques comme depuis les associations indigènes.

Anne-Gaël Bilhaut (IFEA) / Crédits photo: Universidad Politécnica Salesiana

Pour clôturer l’événement, Anne-Gaël Bilhaut a proposé de prolonger le débat avec d’autres réunions, pour approfondir sur les questions mentionnées : qu’est-ce l’éducation propre et comment y parvenir ? Quelle est la place des langues ancestrales dans l’enseignement ? Comment former les enseignants de l’EIB ? Elle a conclu en invitant le public à participer au Congrès International d’Anthropologie, shuar et achuar, organisé en avril de 2018 par l’IFEA avec  l’appui de l’UPS.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *